France

Deuxième nuit d'affrontements entre jeunes et policiers à Amiens

Temps de lecture : 2 min

Le 14 août à Amiens. Pascal Rossignol / Reuters
Le 14 août à Amiens. Pascal Rossignol / Reuters

De violents affrontements entre jeunes et CRS ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi à Amiens pour la deuxième nuit consécutive. Elles ont démarré dans le quartier nord de la ville classé dans une des «zones de sécurité prioritaire» définies par le gouvernement, rapporte FranceTv.info.

«A la suite de cette intervention, un attroupement hostile s'est formé; des renforts ont dû être dépêchés sur place et les fonctionnaires ont dû faire usage de lacrymogènes et de Flash Ball pour se dégager», selon la préfecture de la Somme.

Les affrontements ont repris dans la nuit de lundi à mardi vers 1h30 du matin. La préfecture a indiqué qu’entre 110 et 115 policiers avaient été mobilisés.

16 policiers ont été blessés et de nombreux dégâts constatés. Le maire PS de la ville, Gilles Demailly, a décrit à l’AFP une «scène de désolation» avec «partout des poubelles et des voitures brûlées».

En visite dans le quartier mardi 14 août, Manuel Valls a été accueilli sous les huées rapporte Le Monde. «Rien ne peut excuser qu'on tire sur des policiers, qu'on tire sur des forces de l'ordre et qu'on brûle des équipements publics. (...) La loi, l'ordre républicain et la justice doivent retrouver toute leur place, ici, à Amiens » a déclaré le ministre de l’intérieur lors d’une conférence de presse.

Les premières violences avaient eu lieu dimanche soir après le contrôle routier mené par la BAC (brigade anticriminalité) d'un automobiliste ayant une conduite dangereuse. Selon le Monde, la famille et les proches d'un jeune homme de 20 ans, mort jeudi après un accident de moto, réunis à proximité pour une cérémonie de deuil, ont dit «avoir été indisposés par des gaz lacrymogènes et ont jugé l'action de police excessive au regard des circonstances».

Pauline Moullot Journaliste

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters