Life

Au Japon, les couples peuvent s'offrir une sculpture de leur foetus

Pauline Moullot, mis à jour le 14.08.2012 à 18 h 54

Capture d'écran du site Dig.Info.

Capture d'écran du site Dig.Info.

Les photographies d’échographies seront peut-être un jour obsolètes: au Japon, des couples peuvent désormais obtenir la sculpture en 3D de leur fœtus. Le site high-tech TechCrunch rapporte qu’une clinique du pays, Hiro-o Ladies, propose à ses patients de créer un «Tenshi no Katachi», la «forme d’un ange».

Le site japonais Dig Info explique que le fœtus est d’abord scanné in utero par une machine appelée Bio Texture puis qu’une imprimante 3D, avec les informations collectées, fabrique un modèle avec deux résines différentes qui imitent à la fois le fœtus et le liquide amniotique dans lequel il baigne. Le fœtus peut être reproduit en entier ou en partie et il est possible de zoomer sur le visage de son bébé. Une option plutôt conseillée en fin de grossesse, quand les traits du visage commencent à se dessiner plus clairement.

En montrant un fœtus qu’il serait impossible de distinguer d’un autre fœtus, Tomohiro Kinoshita, l’ingénieur à l’origine du projet, explique dans une vidéo de Dig Info pourquoi il vaut mieux fabriquer le modèle 3D de son enfant à partir du neuvième mois:

«C’est le huitième mois de grossesse, donc le visage n’est pas encore très défini. Là, pendant le neuvième mois, vous pourrez voir très clairement la position du bébé, et les traits de son visage seront aussi très nets. On recommande donc ce service aux mères qui sont supposées accoucher rapidement

Selon le magazine américain Time, chaque sculpture coûte 100.000 yens (un peu plus de 1.000 euros), sans compter le coût du scanner. L’entreprise Fasotec, qui commercialise la sculpture, souhaite diversifier la gamme de taille et de prix de ses créations.

Les sculptures ont été testées sur trois femmes, qui ont toutes apprécié l’expérience selon Tomohiro Kinoshita:

«Elles ont dit que c’était génial de voir à quoi leur bébé ressemblait avant sa naissance et de pouvoir vraiment toucher ce qu’il y a à l’intérieur de leur propre corps. Elles ont aussi apprécié de le regarder après avoir accouché en pensant "Voilà à quoi ressemblait mon bébé dans mon ventre" et se sont souvenues de la sensation de porter un enfant

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte