Life

Nos téléphones pourraient prédire tous nos déplacements. Bonne ou mauvaise nouvelle?

Will Oremus, mis à jour le 13.08.2012 à 15 h 41

Footprints-in-Sand-Beach__1072912 / Public Domain Photos via Fickr CC Licence By

Footprints-in-Sand-Beach__1072912 / Public Domain Photos via Fickr CC Licence By

Votre téléphone mobile sait où vous êtes allé. Et de nouvelles recherches montrent qu’il est tout à fait capable de deviner où vous irez ensuite.

Une équipe de chercheurs britanniques a développé un algorithme qui utilise les données de tracking (suivi) sur les téléphones des utilisateurs pour prédire où ils se trouveront 24 heures plus tard. La marge d’erreur moyenne de cet algorithme? Seulement 20 mètres.

Ce résultat est bien plus juste que ceux des précédentes études qui ont tenté de prédire les mouvements des individus. Ces travaux montraient que la plupart des gens suivait des schémas assez réguliers (PDF), mais les algorithmes traditionnels de prédiction ne sont pas capables de prendre en compte les ruptures dans ces routines.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont réglé ce problème en combinant les données des téléphones individuels et celles de leurs amis –i.e.: des personnes qui étaient enregistrées dans le carnet d’adresse du téléphone. En observant comment les mouvements des individus sont corrélés à ceux des personnes qu’elles connaissent, l’algorithme de l’équipe est capable de deviner où les participants de l’expérience vont se diriger: par exemple aller à un concert en centre ville un dimanche soir plutôt que de rester dîner à la maison comme d’habitude.

Pour cettre découverte, les chercheurs —Mirco Musolesi, Manlio Domenico, et Antonio Lima de l’université de Birmingham— ont gagné cette année le Data Challenge de Nokia Mobile. Leur découverte est fascinante d’un point de vue académique. Mais comment pourrait-elle au juste être utilisée dans la vie quotidienne?

Dans le magazine Forbes, Parmy Olson détaille les possibles applications juridiques. Si les autorités pouvaient imaginer quels schémas de déplacement sont associés à certains types de crimes, elles pourraient être capable de poster des officiers au bon endroit et au bon moment pour prévenir ces actes.

Mais le problème, c’est que l’algorithme n’agrège pas des données anonymes pour en faire émerger des tendances. Il s’intéresse au suivi d’individus spécifiques et de leur entourage. Même si cette surveillance pourrait être justifiée légalement et moralement, elle n’est pas aisée à mettre en place. Comment la police pourrait-elle savoir qui surveiller si les suspects n’ont pas encore commis de crime?

Musolesi pense que pourraient bientôt apparaître une application commerciale dans un futur proche. Des sociétés comme Google vous ciblent déjà avec des publicités basées sur vos habitudes de recherche en ligne et les contenus de vos emails. Si elles pouvaient en plus deviner où il est probable que vous vous rendiez à un moment donné, elles pourraient vous proposer des publicités adaptées à ce lieu.

Imaginons aussi le cas d’un service d’opt-in comme Groupon, qui offre des rabais dans les boutiques de proximité et les restaurants en fonction du lieu où vous résidez et du type d’achats que vous aimez faire. Si une application mobile pouvait aussi commencer à surveiller et à prédire vos mouvements, elles pourraient savoir à quel moment vous proposer un deal pour un déjeuner près de votre bureau plutôt qu’à côté de votre domicile.

Le principal obstacle, reconnaît Musolesi, est la protection de la vie privée. Mais les sociétés de téléphonie mobile partagent déjà quotidiennement des données de localisation de leurs clients avec la police en cas d’urgence, même en l’absence de mandat. (En dépit d’une couverture médiatique étendue de ces pratiques, ces dernières ne semblent pas avoir provoqué de réaction outragée dans le grand public).

Et alors que certaines personnes pourraient être moins à l’aise avec l’idée de sociétés privées surveillant leurs déplacements, d’autres l’apprécient. Il n'y a qu’à voir les utilisateurs de Foursquare qui se servent de leurs téléphones pour publier un «check in» des lieux où ils se rendent. Avec un bon algorithme prédictif, vous aurez de bonnes chances de deviner quel sera leur prochaine étape.

Pour sa part, Musolesi affirme qu’il a juste trouvé fascinant de dévoiler les schémas cachés qui gouvernent la manière dont les gens se déplacent quotidiennement. Nul doute que beaucoup de publicitaires partagent son avis. 

Will Oresmus

Will Oremus
Will Oremus (151 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte