Life

Des dessins animés pour que les enfants dorment mieux

Ludivine Olives, mis à jour le 06.08.2012 à 14 h 11

watchingTV / oddharmonic via Flickr CC License by

watchingTV / oddharmonic via Flickr CC License by

Les films auraient une influence directe sur le sommeil des enfants, notamment les plus violents, ou certains dessins animés. Ce qui semble relever du bon sens vient d'être confirmé par une étude publiée par le magazine Pediactrics. Le Chicago Tribune qui résume cette étude explique que 565 familles avec des enfants en bas âge ont participé à l’expérience.

Elles ont été divisées en deux groupes: le premier, avec 289 enfants, a servi de «groupe témoin», et a  reçu une formation afin de rendre les habitudes alimentaires des familles plus saines. Le second groupe comptait 276 enfants et a dû stopper ses programmes télévisuels habituels et regarder uniquement des dessins animés qui correspondent à l'âge des enfants.

Les familles ont tenu un journal et ont répondu à une enquête concernant les habitudes liées à la télévision de leur enfant. Les questionnaires ont été recueillis au début de l’étude, puis six, douze et dix-huit mois plus tard.

Au début de l'étude, 42% des enfants du groupe numéro deux avaient des problèmes liés au sommeil contre 39% du groupe un. 

A la fin de cette expérience, 20% des enfants ayant visionné seulement des films adaptés à leur âge avaient moins de problèmes au moment de s’endormir que ceux n’ayant pas changé leurs habitudes.

Mal dormir ou peu dormir ne rend pas seulement les enfants fatigués en journée, USA Today rappelle que les troubles du sommeil ont également un impact sur l'obésité, les problèmes de comportement et entraînent de mauvais résultats scolaires.

Pour Michelle Garrison du Seattle Children's Research Institute, auteure principale de cette étude, la télévision ne peut être totalement supprimée. Il faut simplement l’adapter. Elle explique:

«Nous savons que les médias jouent déjà un rôle important dans la vie de nombreuses familles, nous avons estimé que juste en changeant le contenu, nous pourrions avoir un impact sur la santé et le développement de ces enfants […] Cela a été confirmé dans les résultats.»

Michelle Garrison encourage les parents à regarder la télévision avec les enfants et discuter de ce qu’ils voient ensemble. Un enfant de trois ans ne verra pas la même chose qu’un enfant de huit ans, et encore moins qu’un adulte.

L’auteure principale de l’étude prend l’exemple de Bugs Bunny, qui peut sembler être adapté à n’importe quel âge puisque c’est un dessin animé. Or, la violence du héros, même si elle est faite pour être drôle, peut affecter les enfants.

Le bon programme? Sesame Street pour les enfants de deux ou trois ans, et Bob l’Eponge ou Scoobi-Doo à partir de huit ans.

Ludivine Olives
Ludivine Olives (120 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte