Life

Portrait d'une tanorexique, accro au bronzage

Ludivine Olives, mis à jour le 03.08.2012 à 18 h 19

tan / evil erin via Flickr CC License by

tan / evil erin via Flickr CC License by

La tanorexie, ça vous dit quelque chose? Cette pathologie consiste à vouloir à tout prix être bronzé. Le Huffington Post rapporte que les tanorexiques ne supportent pas leur teint naturel et font en sorte de demeurer bronzés tout au long de l’année, grâce notamment à des cabines à UV et sans se soucier des risques pour la santé.

Le Sun a consacré un portrait à Hanna Norman, une adolescente de 15 ans accro aux produits de bronzage. Son quotidien? Se lever à quatre heures du matin pour pouvoir se tartiner de crème auto-bronzante pendant des heures. Fascinée par Snooki, star de l’émission de télé-réalité The Jersey Shore, elle pouvait passer huit heures à préparer son bronzage avant de sortir. Ce traitement ne fut pas sans conséquence, elle explique au Sun:

«Ma peau était complètement tachée et je ne pouvais pas faire disparaître ce résidu orange. Pendant deux ans, je n'ai jamais vu ma couleur de peau réelle. J'ai juste continué à ré-appliquer du faux bronzage pour couvrir le gâchis terrible qu'était ma peau en dessous.»

Elle a finalement dû s'habituer à sa couleur de peau naturelle: son corps a fait une réaction allergique aux produits chimiques.

Son histoire rappelle celle de Patricia Krentcil, arrêtée au début du mois de mai pour avoir mis sa fille de 5 ans dans une cabine à UV, ce qu'elle a toujours nié. Les autorités ont été alertées par l’école de la petite fille, inquiète par de gros coups de soleil chez l'enfant. Cette mère de 44 ans avouait être accro aux cabines de bronzage.

La tanorexie: les risques

Si la vitamine D, produite par le corps lors d'une exposition au soleil, est très importante pour nous maintenir en bonne santé, bronzer à l’extrême peut être au contraire très dangereux. Rappelons que si rien n’est fait, les cabines de bronzage causeront entre 500 et 2.000 morts prématurées du fait de cancers cutanés incurables.

Mais les autobronzants ne sont pas forcément la meilleure alternative. Selon The Telegraph, les toxines présentes dans le produit causeraient des problèmes d’infertilité. Les produits chimiques ont des conséquences d’autant plus importantes qu’ils sont appliqués régulièrement.

Ces risques ne semblent pas altérer le comportement des acheteurs. Times of India rélève qu’en Grande-Bretagne, les ventes totales d’autobronzants avoisinent les 130 millions d’euros par an: un tiers des femmes et un homme sur dix reconnaissent en faire une utilisation quotidienne.

Ludivine Olives
Ludivine Olives (120 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte