Culture

L'écrivain américain Gore Vidal est mort

Temps de lecture : 2 min

Gore Vidal en 2009/ David Shankbone via wikimedia commons
Gore Vidal en 2009/ David Shankbone via wikimedia commons

L'écrivain américain Gore Vidal est mort ce mardi 31 juillet à l'âge de 86 ans, rapporte l'Associated Press. Il est décédé dans sa maison en Californie, des suites d'une pneumonie, a précisé sa famille.

Gore Vidal était un géant de la littérature, rappelle le Los Angeles Times. Il a écrit 25 romans, des dizaines d'essais sur la politique, le sexe, la religion ou la littérature, ainsi que des scénarios –dont celui de Paris brûle-t-il? ou de Caligula–, et des pièces de théâtre.

Pour l'Associated Press, il faisait également partie avec Norman Mailer et Truman Capote de «la dernière génération d'écrivains littéraires qui étaient également de véritables célébrités –des habitués des talk-shows et des journaux people, des personnalités d'une telle importance que même ceux qui n'avaient pas lu leurs livres savaient qui ils étaient».

En 1948, Gore Vidal publie Un garçon près de la rivière, l'histoire d'amour de deux hommes, complètement révolutionnaire à cette époque. Un critique du New York Times jure alors de ne plus jamais critiquer ses livres, assure l'auteur. Le roman est dédié à «J.T.», Jimmie Trimble, un camarade de classe de Vidal tué pendant la guerre, et dont il parlait comme l'amour de sa vie, rapporte le LA Times.

Gore Vidal a aussi tenté deux fois sa chance en politique, d'abord pour un poste de sénateur californien puis de représentant new-yorkais, sans succès.

Après le 11-Septembre, il a écrit un essai dans Vanity Fair estimant que les attaques étaient de la faute des Etats-Unis et de leur politique étrangère impérialiste, arguant plus tard que George Bush savait que les attaques allaient arriver avant qu'elles ne se déroulent.

Slate.fr

Newsletters

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

En force et en vitesse, le troisième long-métrage de Nadav Lapid déclenche une tempête burlesque dans le sillage d'un jeune Israélien exilé volontaire à Paris.

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Newsletters