Economie

Comment ouvrir un compte offshore?

Pauline Moullot, mis à jour le 01.08.2012 à 18 h 02

Belize/AnoldentVia FlickrCC LicenceBy

Belize/AnoldentVia FlickrCC LicenceBy

Adam Davidson, un journaliste du New York Times, a décidé d’essayer d’ouvrir un compte offshore. Et il raconte son expérience, encore plus facile que prévu.

Il a tout simplement commencé par taper dans Google «enregistrement de compagnie paradis fiscal» et choisi trois entreprises au hasard. Même si les entreprises lui ont conseillé de contacter un avocat pour vérifier qu’il n’était pas hors-la-loi, elles n’ont pas été surprises par sa requête de «réduire [sa] déclaration d’impôts sans que personne ne sache quoi que ce soit à propos de [ses] finances» et lui ont calmement expliqué comment ouvrir un compte peu susceptible d’être découvert par l’IRS (le fisc américain) ou une autre autorité.

Le choix d’Adam Davidson s’est finalement porté sur une entreprise canadienne (A&P Intertrust) pour ouvrir un compte au Belize où, selon A&P, «les informations à propos des propriétaires bénéficiaires, actionnaires, directeurs et responsables ne sont ni déposées auprès du gouvernement du Belize ni accessible au public».

Et créer une fausse compagnie au Belize est étonnamment bon marché. A&P fait payer seulement 900 dollars pour la constitution en société et 85 dollars pour faire approuver les documents. En rajoutant 650 dollars, Adam Davidson pouvait ouvrir en plus un compte à Singapour pour cacher ses opérations financières et avec 690 dollars, il se payait un homme de paille à placer à la tête de la compagnie. Le temps de remplir un formulaire en ligne, et tout était réglé en dix minutes.

Arrêtez de rêver.

«Créer un compte est peut-être simple, mais en gérer un coûte cher. Suivre la loi requiert qu’une équipe d’avocats et de comptables suivent les lois fiscales avec attention dans des dizaines de pays et entretiennent des comptes qui restent du bon côté de règles très confuses.»

Bref, à moins d’être très riche ça n’en vaut pas vraiment la peine.

Acheter une île aux Seychelles ne semble pas non plus être une bonne idée. Liliane Bettencourt vient de vendre l’île d’Arros pour 60 millions de dollars, s’acquittant au passage d’une amende de 8 millions de dollars au gouvernement seychellois. L’existence de l’île avait été révélée lors d’une enquête qui soupçonnait l’héritière de L’Oréal de fraude fiscale.

Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), environ 31.000 milliards de dollars d’actifs sont possédés par des étrangers dans les banques de 44 pays et 4.000 milliards seraient placés dans des comptes offshores. Mais la BRI elle-même admet que ces estimations sont loin de la réalité. Le réseau pour la justice fiscale estime qu’entre 21 et 32.000 milliards de dollars sont dissimulés dans des comptes offshores.

Au cas où vous voudriez toujours essayer d’ouvrir un compte offshore, le quotidien d’Abou Dhabi The National donne une dizaine de conseils. Entre autres, l’ouvrir dans un pays où l'on parle la même langue que vous, pouvoir accéder facilement à son compte une fois créé, penser à choisir un paradis fiscal où la situation économique et politique est stable et bien sûr penser à ses héritiers: que récupérer vos petites économies ne soit pas trop difficile pour eux.

Pauline Moullot
Pauline Moullot (146 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte