Life

Comment les jeux de tir rendent le cerveau des hommes heureux

Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 27.07.2012 à 16 h 42

 Halo 3  commorancy via Flickr CC License by

Halo 3 commorancy via Flickr CC License by

Ce n’est pas un secret, les jeux vidéo de tir ont mauvaise presse. Trop violents, trop réalistes… Ils ont souvent été accusés d’être à l’origine de tueries ou de massacres. Mais oubliez les clichés: il se trouve que ce type de jeux vidéo rend le cerveau des hommes plus heureux, explique Wired.

Si on parle autant des jeux de tirs, que ce soit les jeux de tir à la première comme Halo ou ceux à vue à la troisième personne comme Gears of War, c’est avant tout parce que c’est un secteur des jeux vidéo en pleine expansion. D’après le NPD Group, les jeux de tir comptait pour 14% des ventes de jeux pour consoles en 2006, contre 24% en 2011.

Selon le sociologue Ross Haenfler, ce succès s’expliquerait parce que les jeux de tir arrivent à satisfaire certains des besoins psychologiques des hommes:

«Être prêt à se battre est une attente de la masculinité. (...) Il est difficile pour beaucoup d’hommes d’arriver à atteindre cette version idéalisée de la masculinité. Les jeux vidéo donnent un espace sûr où l’on peut s’engager dans de la violence virtuelle.»

En clair, certains jeux interagissent avec le besoin psychologique des hommes d’affirmer leur masculinité en permettant au joueur de dominer les autres, en battant un opposant et en le montrant comme faible par exemple.

Comme l’explique Scott Rigby, le directeur de la compagnie de recherche en jeux vidéo Immersyve, il faut prendre en compte le fait que les jeux de tir permettent aux joueurs de se sentir connectés aux autres et de voir qu’ils peuvent avoir un impact physique sur autrui.

Pour le chercheur, les gens ont envie de davantage maîtriser les choses. Selon son analyse, nous ne sommes pas heureux lorsque nous répétons les mêmes tâches chaque jour alors que ce que nous voulons vraiment, c'est être provoqués et sentir que nous nous améliorons.  

Ces éléments se retrouvent uniquement dans les jeux de tir. Le joueur n’est, par exemple, pas aussi autonome dans un jeu de sport. Et puis surtout, il y a le fait que contrairement à un jeu de rôle très compliqué, un jeu de tir est très accessible. Après tout pointer et tirer, ça, tout le monde sait le faire.

Avec la sortie de Halo 4 en novembre prochain, le phénomène ne semble pas prêt de s'arrêter. 

Fabien Jannic-Cherbonnel
Fabien Jannic-Cherbonnel (121 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte