Life

Pourquoi le débat sur le mariage gay aura l'air ridicule dans 20 ans

Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 26.07.2012 à 11 h 36

Rainbow Flag Elsie esq. via Flickr CC License by

Rainbow Flag Elsie esq. via Flickr CC License by

Le débat autour de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels aux Etats-Unis n’a jamais été aussi vif. Pourtant, pour l’éditorialiste de Bloomberg Michael Kinsley, celui-ci aura l’air ridicule dans 20 ans.

Ainsi, même si Kinsley juge que les Etats-Unis ont encore des progrès à faire en la matière, il est optimiste et pense que le pays se dirige vers la bonne direction:

«Est-ce que quelqu’un croit que d’ici 5 ans il sera plus dur que maintenant pour de deux hommes ou deux femmes de se marier?»

Kinsley continue son argumentaire en expliquant qu’il faut être tolérant avec les anti-mariages parce que dans quelques années, ils trouveront eux aussi que l’interdiction du mariage aux homosexuels était ridicule:

«Chaque grand changement sociétal entraîne encore plus de changement dans son sillage. Et chaque changement est une révolution en termes de perception. D’aujourd’hui, vous regardez 20 ans en arrière et pensez, “Pourquoi pensions-nous que l’idée de mariage de couples du même sexe était bizarre?”.»

Pour défendre son point de vue, Kinsley s'appuie sur l'idée du philosophe Anthony Appiah. Ce dernier avait développé une théorie il y quelques années, expliquant que sur certains sujet, la perception de la population pouvait changer radicalement très rapidement. Appiah pense par exemple que le regard que les Américains portent sur l'environnement ou les personnes âgées sera totalement différent dans 20 ans.

Il est vrai que, même en dehors des Etats-Unis, de plus en plus de pays vont légaliser le mariage pour les homosexuels. François Hollande l’a promis en France pour 2013, et d’après The Telegraph, l’Ecosse pourrait bien devenir la première partie du Royaume-Uni à le légaliser. Et cela même si les deux tiers de sa population y sont opposés.

Selon Kinsley, on finira donc par oublier que l’on a parlé un jour de mariage gay. C’est ce qu’expliquait Eric Fassin, chercheur de l’université Paris-VIII dans un article publié sur Slate.fr, en comparant la revendication du mariage pour tous à l'instauration du suffrage universel:

«Lorsqu'on dit qu'il est instauré en 1848, on oublie que les femmes en étaient exclues.(...) De la même manière, la revendication du "mariage pour tous" pourrait amener à requalifier ce qu'on appelle aujourd'hui "mariage".»

Fabien Jannic-Cherbonnel
Fabien Jannic-Cherbonnel (121 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte