Life

Guérir la maladie de Parkinson avec une pilule et un téléphone

Ludivine Olives, mis à jour le 26.07.2012 à 10 h 48

Motorola Q phone / Tim Patterson via Flickr CC Licence By

Motorola Q phone / Tim Patterson via Flickr CC Licence By

Et si une simple pilule permettait de guérir les maladies d'Alzheimer et Parkinson?

The Independent révèle que des scientifiques auraient trouvé un médicament permettant de guérir les maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer.

Des scientifiques américains de l'université de Northwestern à Chicago ont créé deux médicaments appelés MW151 et MW189. Ils permettent de stopper la production excédentaire de cytokines pro-inflammatoires. Ces molécules endommagent les synapses (les connexions dans le cerveau), jusqu’à ce que les neurones meurent les uns après les autres, développant ainsi des maladies neurodégénératives.

Des souris génétiquement modifiées ayant le gène de la maladie d’Alzheimer ont pris du  MW151 trois fois par semaine à partir de l’âge de six mois, un stade comparable à celui des prémices de la maladie chez l’homme.

A 11 mois, âge auquel les souris devraient avoir complètement développé la maladie d'Alzheimer, leur niveau de cytokines dans le cerveau était de retour à la normale. Leurs synapses refonctionnaient correctement.

L’élément clé est que ce médicament est à prendre sous forme de pilule, et non pas de vaccin, ce qui est plus pratique. Prochaine étape: l’essai sur les hommes.

Le professeur Mark Wainwright, de la Northwestern Feinberg School, a expliqué:

«Si vous avez pris un médicament comme celui-ci après un traumatisme crânien ou un accident vasculaire cérébral, vous pourriez peut-être prévenir les complications à long terme de cet accident y compris le risque de convulsions, troubles cognitifs, et, peut-être, les problèmes de santé mentale»

Ainsi de nombreuses maladies neurodégénératives pourraîent être traitées, comme la maladie de Parkinson.

Dépister la maladie de Parkinson en criant «Wazaaaaa»

Mais avant même de pouvoir guérir, faut-il encore être dépisté.  Le mathématicien Max Little, à l’origine du projet Parkinson's Voice Initiative, a développé un algorithme qui permet de déterminer si oui ou non une personne a la maladie de Parkinson seulement par le son de sa voix.

Selon NPR,  à l'heure actuelle, cette technique détient un taux de réussite de 99%. L’idée? Faire prononcer un «aaaaah» le plus long possible par des personnes au téléphone. Selon certains critères (les tremblements, le souffle de la respiration et les sauts dans le timbre de la voix) un malade de Parkinson serait identifiable à travers le combiné.

Max Little espère ainsi pouvoir donner un premier diagnostic aux patients seulement au téléphone.

NPR a également publié deux sons: l’un est celui d’une personne saine et l’autre d’un malade de Parkinson. Saurez-vous retrouver qui est qui?

Ludivine Olives
Ludivine Olives (120 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte