Monde

Tom Cruise va-t-il tuer la Scientologie?

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 18.07.2012 à 12 h 28

Tom Cruise2008, MTV via Wikimedia Commons

Tom Cruise2008, MTV via Wikimedia Commons

Tom Cruise devait être le héraut de la scientologie, sa caution, son visage auprès du public. Il pourrait bien être son fossoyeur, selon Vulture.

Recruté dans les années 1980, explique le magazine américain, Tom Cruise est entré via son épouse, Mimi Rogers, élevée dans la secte. Peu à peu, il tisse des liens très forts avec David Miscavige, leader depuis 1986. Miscavige avait alors lancé que l’adhésion de Tom Cruise, alors en pleine gloire, pourrait «transformer le visage de la Scientologie pour toujours».

«Cruise devint bientôt plus qu’un membre de la Scientologie à part entière –il devint le plus fervent, persuadé notamment qu’il avait grâce à elle guéri de sa dyslexie», raconte le magazine. Et Tom Cruise entame sa lune de miel avec la secte, dans les années 1990. Tout en étant discret en public sur ses convictions, il rameute d’autres stars (dont John Travolta), rendant l’organisation de plus en plus glamour tandis qu’elle grossit considérablement, ouvrant de nouveaux centres de recrutement partout dans le monde.  

«Par ailleurs, un programme actif de découragement –à travers procès, harcèlement et, selon certaines sources, des intimidations physiques– dissuade tout regard négatif sur l’organisation.»

Mais quand Tom Cruise est en couple avec Nicole Kidman, Miscavige le trouve trop distant «physiquement et émotionnellement». La Scientologie le sépare de Kidman et de son agent historique pour y mettre à la place sa sœur, membre de la secte. «Le résultat fut la première vraie débâcle dans la carrière de Cruise, jusqu’ici enchantée», selon Vulture.

L’acteur n’a dès lors plus de réticence à énoncer les dogmes de la secte publiquement, passant pour un allumé, attirant l’attention et le ridicule sur lui et sur l’organisation –désormais liée au people, citée dans les tabloïds. Et sans son agent historique, la carrière de Tom Cruise est moins resplendissante.

Puis survient le mariage avec Katie Holmes, supposément orchestré par la Scientologie, et le divorce, qui accrédite la thèse selon laquelle Katie Holmes avait été embrigadée. Holmes devient alors «la princesse trompée, tombant dans les forces obscures, prise en otage dans sa cage dorée, puis, après avoir planifié son échappée, trouve une brèche pour se libérer –sinon pour se sauver elle-même, du moins pour sauver sa fille». Le site Francetv.info précisait d'ailleurs début juillet, dans un article expliquant le traitement des enfants par la secte: «L'âge de la petite Suri, 6 ans, aurait été déterminant dans le choix de Katie Holmes, élevée dans le catholicisme, de demander le divorce.»

Parmi toutes les histoires négatives qui ont atteint la Scientologie, le divorce est particulièrement gênant pour la secte. Tony Ortega, journaliste qui étudie la secte depuis longtemps, a expliqué à USA Today qu'il s'agissait désormais de plus que de simples infos people avec ce divorce.

«L'Eglise de la Scientologie se délite, et ce depuis plusieurs années. Une telle organisation passe toujours par des périodes de brassage. Mais en ce moment, ce sont d'anciens, de loyaux membres qui s'en vont.»

Il faudra du temps avant que l'Eglise de la Scientologie ne soit de nouveau perçue comme une lubie de célébrités selon Vulture. «Et l’ironie est que Tom Cruise, le Golden Boy censé être celui qui changerait la donne, le visage amical de la Scientologie, est désormais perçu par beaucoup comme la dupe, cerveau lavé, ou l’homme de main de l’Eglise. (…) Et la question est désormais de savoir si la Scientologie survivra à la crise qu’elle traverse actuellement.»

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte