France

La communauté musulmane déçue par Najat Vallaud-Belkacem?

Temps de lecture : 2 min

Najat Vallaud-Belkacem en novembre 2011. REUTERS/Benoit Tessier
Najat Vallaud-Belkacem en novembre 2011. REUTERS/Benoit Tessier

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Najat Vallaud-Belkacem intrigue la presse britannique. Le mois dernier, le Guardian la sacrait «le nouveau visage de la France» mais après deux mois passés au gouvernement, il semble que la ministre ait déçu la communauté musulmane.

C’est en tout cas ce qu'affirme la journaliste française Nabila Ramdani qui signe une tribune sur le sujet dans le quotidien britannique. Selon elle, la nomination de Najat Vallaud-Belkacem avait soulevé beaucoup d’espoirs en mai de la part des femmes musulmanes en France. Mais deux mois plus tard, la journaliste tire un constat amer de l’action de la ministre.

Pour Nabila Ramdani, la ministre du Droit des femmes a laissé tomber les Français qui voulaient l’abolition de la loi sur le voile. Selon elle, la socialiste aurait dû s’intéresser à ce problème au lieu de s’attaquer à la prostitution.

Dans sa tribune, la journaliste explique pourquoi elle considère la loi sur la burqa comme injuste:

«Depuis l’interdiction, nous avons souffert d’une attention déplaisante de la part de la police, mais c’est la haine qui vient des gens qui rend les choses pires. Ils pensent que l’interdiction est une autorisation officielle pour insulter, cracher et même attaquer physiquement. L’interdiction est devenue un symbole de la haine contre la communauté musulmane.»

Selon Ramdani, la ministre du Droit des femmes, elle-même d’origine marocaine, ferait bien de prendre en compte l’avis de la communauté musulmane française. Celle-ci rappelle que les musulmans ont majoritairement voté pour François Hollande.

Serait-ce le début d’une polémique? Najat Vallaud-Belkacem continue de bénéficier d’une très bonne image. Elle est d’ailleurs soutenue depuis la semaine dernière par le collectif «Féministes en mouvement» dans son combat contre la prostitution.

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters