Monde

Egypte: l'appel à détruire les pyramides était-il un hoax?

Temps de lecture : 2 min

Pyramids wilhelmja via Flickr CC License by
Pyramids wilhelmja via Flickr CC License by

La semaine dernière Slate vous parlait des demandes présumées de salafistes égyptiens à détruire les pyramides. D’après le site Egypt Daily News, il semblerait que l’affaire soit un canular.

Tout est parti d’une déclaration attribuée à Abd-Latif al-Mahmoud, «le Sheik des Sheik» du Bahreïn. Celui-ci avait soi-disant appelé le nouveau président égyptien, Mohamed Morsi, à «détruire les pyramides pour accomplir ce que le Shabi Amr ibn al-As ne pouvait pas faire».

Cette phrase était une référence au compagnon du prophète Mahomet qui a envahi et conquis l’Egypte en 641. Sous son règne, de nombreuses antiquités et reliques furent détruites.

Sauf qu’il semble que Front Page Magazine, le site qui a révélé l'information, a tout bonnement repris le tweet d’un compte parodique de Abd-Latif al-Mahmoud.

L’information a ensuité été amplement diffusée dans la presse arabe, d’autant que, comme le remarque RT, le faux tweet coïncidait avec la destruction à Tombouctou de plusieurs mosquées anciennes par des islamistes radicaux.

Le tweet du compte parodique

Fabien Jannic-Cherbonnel

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters