Monde

Mickey et Winnie en visite en Corée du Nord

Charlotte Pudlowski, mis à jour le 09.07.2012 à 12 h 03

Kim-Jong Un/Petersnoopyvia FlickrCC Licenceby

Kim-Jong Un/Petersnoopyvia FlickrCC Licenceby

Mickey et Winnie sont partis en voyage. La souris et l’ours de Disney se sont rendus en Corée du Nord. Pas trop leur cam’ en général: ce n’est pas le lieu où les Occidentaux (Winnie et Mickey, faut-il le rappeler, sont britannique et américain) sont les mieux accueillis.

Pourtant, les deux bestioles sont carrément montées sur scène lors d’un concert en l’hommage du nouveau leader du pays Kim Jong-un , selon l’agence AP, qui précise:

«Les acteurs, habillés en Minnie, Tigrou et autres, ont dansé et sautillé sur scène, tandis que sur un écran géant dans leur dos, des extraits de Blanche-Neige, Dumbo, la Belle et la Bête, et autres films Disney, étaient projetés.»

«C'est semble-t-il la première fois que des personnages de Disney, symboles des goûts de l'Occident, et en particulier des Etats-Unis, apparaissent dans un grand spectacle en Corée du Nord, avec des images à la télévision officielle», ajoute encore l’agence. «Les petits écoliers nord-coréens utilisent toutefois souvent des accessoires à leurs effigie, importés de Chine. Et des histoires comme celle de "Dumbo, l'éléphant volant" ont été traduites en nord-coréen pour les enfants.»

Ouverture

Kim Jong-un, élevé en partie en Suisse, pourrait se montrer plus ouvert que son père sur un certain nombre d’aspects culturels, selon l’agence, et ce spectacle, dont des images fixes ont été montrées, pourrait en être un avant-goût. L’agence coréenne officielle Central News Agency a assuré que le leader avait «un plan grandiose de transformer de façon radicale les champs de la littérature et des arts cette année».

Ce plan reste à voir, mais Kim Jong-un a au moins déjà asoupli les règles vestimentaires: porter des chaussures compensées et des boucles d’oreilles est désormais autorisé dans le pays, comme l’expliquait Slate récemment.

Passion Disney

Mais surtout, le leader a un penchant pour la féérie enfantine: il veut d’ailleurs transformer le pays en «paradis des enfants».  Les hamburgers-frites, depuis récemment un repas encouragé par les autorités, pourraient s'inscrire dans cette logique. 

Mais ce qui plaît le plus à Kim Jong-un, ce sont les parcs d'attraction. Dans un billet de mai 2012, intitulé «La passion de Kim Jong-un pour les parcs d'attractions», le correspondant du Monde à Tokyo Philippe Pons soulignait:

«L'internationalisation des distractions de la population de Pyongyang –vitrine du pays– est l'une des orientations récentes prises par le régime. Elle va de pair avec une très relative ouverture à l'étranger.»

L’actuel leader nord-coréen et sa famille ont par ailleurs peut-être un attachement particulier pour Disneyland. Kim Jong-un s’était déjà rendu à Disneyland Tokyo en 1991, sous une fausse identité. Il était vraisemblablement accompagné de son frère, avait révélé en 2011 le quotidien japonais conservateur Yomiuri Shinbun, qui citait des responsables des services de renseignement.

Leur demi-frère Jong-Nam avait lui-même été expulsé du Japon quelques années plus tard, en 2001 après avoir tenté d'entrer dans le pays armé d’un faux passeport dominicain. Il avait déclaré aux fonctionnaires de l'immigration qu'il voulait visiter Disneyland…

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (740 articles)
Rédactrice en chef de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte