Économie

Bienvenue à l’université Google

Temps de lecture : 2 min

REUTERS/ Christian Hartmann
REUTERS/ Christian Hartmann

Afin de toujours rester compétitif et ingénieux, Google oblige ses salariés à retourner à l’université –l’université Google, bien sûr.

GoogleEDU est un programme d’apprentissage et de développement du leadership offert par Google pour empêcher d’autres grandes entreprises comme Apple ou Facebook de piquer ses salariés, selon un reportage paru dans le Wall Street Journal. Près d’un tiers des 33.100 salariés ont suivi les cours.

Le programme existe depuis deux ans. Son objectif est de créer une fidélité à l’entreprise et de permettre de trouver une meilleure approche du travail au bureau. Karen May, vice-présidente du bureau Leadership & Talent explique:

«Ce qui est important, c’est que les cours s’alignent sur notre stratégie globale de l’entreprise.»

Ce programme n’est pas une première. Les entreprises essaient depuis longtemps d’augmenter la performance de leurs travailleurs grâce à l’enseignement. En 2010, les entreprises américaines ont dépensé 171,5 milliards de dollars selon l’American Society for Training and Développement. Par exemple, General Electric Co. paie 1 milliard de dollars chaque année pour de la formation.

Mais pour que les cours fonctionnent, il faut que les travailleurs puissent mettre en pratique ce qu’ils ont appris. S’ils suivent les cours mais ne modifient en rien leur travail par la suite, les enseignements ne servent à rien, souligne le professeur David Bradford, directeur du programme exécutif en matière de leadership à l'université de Stanford.

Google demande à ses travailleurs quels cours ils veulent suivre ou lesquels ils voudraient voir inscrits au programme. Après, Google utilise ces données pour créer des cours différents selon les branches de l’entreprise mais aussi suivant l’évolution de carrière des salariés.

L’an dernier, Google a recruté 8.000 personnes à de nouveaux postes, un record. Les cours sont ainsi utiles pour l’intégration de ces nouveaux travailleurs.

Les cours sont très variés: comment négocier un salaire, comment améliorer votre présentation, comment dissuader un salarié de démissionner pour rejoindre une startup. Karen May souligne:

«On travaille très dur pour trouver les bonnes personnes, nous voulons qu'ils atteignent leur plein potentiel.»

Andre Gayraud

Newsletters

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Faut-il croire à l'ordinateur quantique? Si oui, pour quand?

Dans cet épisode de DEMAIN. DÈS MAINTENANT, nous abordons une question assez vertigineuse, puisqu’il s’agit de l’ordinateur quantique. De quoi s’agit-il exactement? Faut-il y croire? Quel objectif peut justifier de relever un tel défi? Où en...

 La gratuité des transports publics à Paris, une mauvaise idée qui peut en faire naître de bonnes

La gratuité des transports publics à Paris, une mauvaise idée qui peut en faire naître de bonnes

En mars, Anne Hidalgo lançait une réflexion sur la gratuité des transports en commun. Son résultat sera connu à la fin de l'année, mais il semble d'ores et déjà qu'il s'agisse d'une fausse piste.

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

La Chine fait précisément ce que Trump lui a demandé de ne pas faire

Certains experts estiment que Pékin pourrait bien laisser décroître encore plus la valeur de sa monnaie par rapport au dollar.

Newsletters