Culture

Les Tortues Ninja: une version animale de Bruce Lee

Temps de lecture : 2 min

Couverture d'un album des Tortues Ninja, via Wikimedia, LicenseCC by
Couverture d'un album des Tortues Ninja, via Wikimedia, LicenseCC by

Pourquoi les Tortues Ninjas sont-elles des tortues? Et pas des chats ninjas? Ou des serpents ninjas? Kevin Eastman, cocréateur des Tortues Ninja (avec Peter Laird) l'a expliqué à 20Minutes.fr:

«On cherchait une version animale de Bruce Lee. La tortue nous semblant le plus éloigné, c’est ce qui nous a paru le plus drôle. La lenteur de la tortue associée à la rapidité d’un pratiquant d’arts martiaux...»

Présent en France à l'occasion du Comic Con (à Villepinte), pour présenter la nouvelle série mettant en scène les bestioles spécialistes d'arts martiaux, Eastman élucide ainsi pour le site d'infos un certain nombre de mystères. Pourquoi lui et Peter Laird ont choisi des tortues donc, mais aussi pourquoi des noms italiens:

«On trouvait ça banal de leur donner une consonance orientale ou de les appeler Bob ou Steve. On était tous les deux passionnés d’histoire de l’art et particulièrement de la Renaissance italienne. Donatello a failli s’appeler Bernini car c’était mon sculpteur préféré.»

Au Comic Con, Kevin Eastman et Rich Magallanes, vice-président de Nickeleodeon Animation, sont venus pour parler de la nouvelle série des Tortues Ninjas, un reboot qui sera diffusé cet automne aux Etats-Unis, l’an prochain en France.

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

«Docteur La Peluche pourrait être la première femme afro-américaine à la Maison-Blanche»

«Docteur La Peluche pourrait être la première femme afro-américaine à la Maison-Blanche»

Tout semblait sur les rails: Dottie allait devenir un grand médecin. Mais Michelle Obama est passée par là.

La honte, j'ai passé tout mon week-end à regarder «Breaking Bad»

La honte, j'ai passé tout mon week-end à regarder «Breaking Bad»

[BLOG You Will Never Hate Alone] Pendant quarante-huit heures, j'ai renoncé à être un homme pour devenir une vermine de spectateur jamais assez rassasié.

«Haut perchés», «Reza» et «Le Déserteur», trois bonnes surprises

«Haut perchés», «Reza» et «Le Déserteur», trois bonnes surprises

Parfaitement dissemblables, ces films français, iranien et nord-américain surgissent en même temps sur les écrans, et témoignent ensemble de l'inventivité du cinéma, un peu partout dans le monde.

Newsletters