Monde

Yasser Arafat est-il mort empoisonné?

Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 04.07.2012 à 11 h 10

Yasser Arafat en avril 2004. REUTERS/Loay Abu Haykel.

Yasser Arafat en avril 2004. REUTERS/Loay Abu Haykel.

Cela fait des années que certains affirment que Yasser Arafat a été assassiné. Ils ont peut-être raison. D’après les révélations d’Al-Jazeera, l’ancien dirigeant palestinien aurait été empoisonné au polonium.

Selon un reportage de la chaîne qatarienne, des tests effectués par un laboratoire suisse ont trouvé des traces de Polonium-210 dans les affaires de Yasser Arafat. Le polonium est une substance hautement radioactive et toxique. Ce poison avait notamment été utilisé pour tuer le dissident russe Alexandre Litvinenko à Londres.

Il n’y a pas de consensus scientifique autour des symptômes de l’empoisonnement au polonium, surtout parce qu’il n’y a que quelques cas enregistrés. Litvinenko a souffert de diarrhée sévère, de perte de poids et de crises de vomissement. Tous ces symptômes sont également apparus chez Arafat.

Ce résultat relance les suspicions autour du Mossad, l’agence de renseignement israélienne, accusé d'avoir assassiné le dirigeant palestinien mort en novembre 2004 à Paris.

L’Institut de radiophysique de Lausanne a ainsi trouvé dans des traces d’urine sur l’un des sous-vêtements plus de 20 fois la dose de Polonium nécessaire pour tuer un être humain. Le docteur François Bochod, qui a conduit l’étude, analyse les résultats:

«Je peux vous confirmer que nous avons mesuré une quantité élevée de Polonium-210 dans les effets personnels de M. Arafat qui contenaient des fluides corporels. (…) Nous n’avons trouvé aucune trace de leucémie ou de cancer.»

La veuve d’Arafat, Souha Arafat, veut demander l’exhumation du corps de l’ancien dirigeant palestinien. Si les tests montrent que les os d’Arafat contiennent un niveau élevé de polonium, alors on pourra conclure à un empoisonnement.

La veuve de Arafat explique que, peu importe le résultat des tests, elle sera soulagée d’un poids:

«Nous nous retrouvons avec cette très, très douloureuse conclusion, mais au moins cela enlève ce poids sur mes épaules. Au moins j’aurais fait quelque chose pour expliquer au peuple palestinien, aux arabes et aux musulmans autour du monde, que ce n’était pas une mort naturelle mais un crime.»

Fabien Jannic-Cherbonnel
Fabien Jannic-Cherbonnel (121 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte