Life

4 questions à se poser sur les smart-lunettes de Google

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 29.06.2012 à 12 h 27

Watchimg live google glass demo [...] / 2 TOP via Flickr CC

Watchimg live google glass demo [...] / 2 TOP via Flickr CC

Google a annoncé le 27 juin à San Francisco travailler sur un projet de lunettes, les Google Glass, dont une version bêta sera vendue début 2013 au prix de 1.500 dollars. Ces smart-lunettes, dont un modèle à été présenté aux invités, disposent d’une caméra intégrée et pourront —bien sûr— se connecter à Internet. L’entreprise espère lancer la commercialisation grand public dès 2014. Mais à quoi serviraient ces fameuses lunettes? Vont-elles changer notre vie quotidienne? Pour le meilleur ou pour le pire?

1. Les Google Glass, ça ressemble à quoi?

[YouTube] Pour le savoir, le plus simple est de regarder une petite vidéo postée par Google en avril 2012. L'entreprise a tout fait pour humaniser un concept qui pourrait inquiéter par son aspect intrusif (voir le point 2). Un cool guy d’une ville des Etats-Unis se sert de sa nouvelle interface pour discuter avec ses amis, prendre ses rendez-vous, utiliser des pense-bête et, le soir venu, charmer sa belle en lui retransmettant un soleil couchant filmé depuis le toit d’un gratte-ciel.

L’idée que Google veut promouvoir: l’outil sera à votre service, se fera oublier et renforcera vos liens avec les gens que vous aimez...

2. Les Google Glass, une gêne permanente dans la vie quotidienne?

[All Things D] Mais au-delà de cette vision idyllique du futur augmenté, que va-t-il se passer lors d’interactions physiques? Les lunettes Google laissent certes les mains libres, mais elles sont aussi devant les yeux de l’utilisateur: comment cela pourrait-il ne pas être une distraction? se demande Liz Gannes sur All Things D.

Lors d’une conférence de presse, le cofondateur de Google Sergey Brin a répondu que sur les derniers essais, seuls les emails prioritaires de sa boîte lui étaient notifiés. Les lunettes devraient donc être pensées comme un instrument d’alerte ou d’informations basiques et rapides.

Autre objection: ne va-t-on pas avoir l’air d’un abruti avec nos lunettes à mails? Non, bien sûr, prédit Google. Réponse du manager du projet Google Glass, Steve Lee:

«Alors qu’aujourd’hui, quand les gens voient que vous avez cet appareil sur la tête, cela leur semble inhabituel, dans trois ou quatre ans, regarder quelqu’un tenir un objet dans les mains et baisser les yeux pour le consulter semblera embarrassant.»

3. La réalité augmentée, rêve ou cauchemar?

[The Verge] Paul Miller revient sur la longue histoire de l’informatique «prêt à porter»: lunettes, chaussures, lentilles… L'idée du «wearable computer» vient de loin.

L’un des exemples les plus célèbres de vision augmentée est proposé dans le film de James Cameron Terminator 2. Arnold Schwarzenegger a des lentilles commandées par ordinateur, lui permettant de mesurer la taille de ses ennemis potentiels, de tracer des trajectoires, de lire sur les lèvres, et de manière générale de percevoir le monde environnant plus complètement qu’un être humain.


Terminator view par FlavZZZ

Autre concept inspiré de la médiation que permettra la technologie: la réalité diminuée. Il s’agit alors d’altérer les sons et les images qui vous entourent, pour en effacer ceux qui vous perturbent, vous font perdre du temps ou vous déplaisent.

Imaginez le délire: vous pourriez «bloquer» le visage d’une personne qui vous déplaît, un peu comme dans Facebook… Sauf qu’avec des lunettes augmentées vous agiriez dans le cadre d’interactions physiques!  

«Vous pourriez percevoir le monde comme un jeu vidéo dans lequel vous seriez votre propre avatar…»

4. Les joueurs de foot équipés de Google Glass vont-ils mettre les cadreurs au chômage?

[Mashable] Ce fut le climax de cette présentation des lunettes du futur. Des prachutistes ont sauté dans le ciel de San Francisco et ont filmé leur chute avec leurs Google Glass. Le saut a été retransmis en direct pendant la conférence.

Cette vidéo a donné des idées à certains amateurs de sport retransmis à la télé. Imaginez un match de foot ou de basket filmé à travers la vision des joueurs eux-mêmes, équipés des smart-lunettes... Autre possibilité: les sportifs pourraient-ils utiliser les données compilées et diffusées sur l’écran de leurs lunettes intelligentes pendant les matchs?

La National Football League (NFL) a répondu au site Mashable: oui, ces lunettes pourraient être utilisées non seulement pour la retransmission télé, mais aussi comme technique d’entraînement qui permettrait au coach de voir ce que voyait le joueur pendant son match. La ligue américaine de foot avait d’ailleurs utilisé succinctement des casques équipés de caméras lors d’un entraînement.

Quant à utiliser Google Glass pour retransmettre les compétitions, le géant de la recherche web peut jouer un atout décisif: YouTube, qu’il possède. Or la société a signé un accord de partenariat avec NBC pour les JO de 2012. Et comme les amateurs vont dans les prochaines années regarder leur sport favori en streaming sur le Net plutôt qu’à la télé, Google pourrait devenir leader sur ce marché, aussi.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte