Monde

Obamacare: la cour suprême confirme la réforme sur la Santé

Temps de lecture : 2 min

Photo: Barack Obama dans la roseraie de la Maison Blanche. REUTERS/Jason Reed
Photo: Barack Obama dans la roseraie de la Maison Blanche. REUTERS/Jason Reed

L'Obamare –la réforme de l’assurance-maladie chère à Barack Obama votée par le Congrès américain en 2010– est constitutionnelle, selon la Cour suprême américaine.

La juridiction suprême américaine, pourtant majoritairement conservatrice, s'est penchée sur la loi visant à assurer une couverture maladie à 32 millions d'Américains qui n'en ont pas, et a confirmé qu'elle était valide, la modifiant simplement à la marge. apportant certaines limitations à l'extension de l'aide aux plus pauvres.

La réforme rend obligatoire pour tous les Américains de se doter d'une couverture maladie avant 2014, sous peine de sanctions financières. Des sénateurs américains (républicains), estimaient que cela allait à l'encontre de l'article de la Constitution au sujet de la «clause du commerce», selon laquelle nul ne peut être forcé à acheter quoi que ce soit.

L'agence de presse américaine AP rappelait ce jeudi avant la décision:

«La Cour ne prend pas seulement une décision sur une extension majeure de la couverture sociale, ayant pour but de permettre à 30 millions d'Américains en plus de bénéficier de l'Assurance maladie. Elle prend aussi une décision sur ce qui a été le succès emblématique des réformes domestiques du président, et dans le contexte fiévreux de sa campagne pour être réélu.»

Charlotte Pudlowski Rédactrice en chef de Slate.fr

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters