Culture

Nora Ephron (Quand Harry rencontre Sally) est morte

Temps de lecture : 2 min

Nora Ephron à New York au Tribeca Film Festival en 2010, via Wikipedia, LicenseCC by.
Nora Ephron à New York au Tribeca Film Festival en 2010, via Wikipedia, LicenseCC by.

C'était la papesse de la comédie romantique. Nora Ephron, décédée des suites d'une pneumonie, en avait assis les codes, en écrivant Quand Harry rencontre Sally en 1989, réalisé par Rob Reiner. Elle engendrait des plaisirs parfois coupables: des films aux scénarios entendus (le principe c'était que vous connaissiez la fin: tout serait bien qui finirait bien), mais bourrés de malice. Vous vous installiez avec les personnages (souvent joués par Meg Ryan, Meryl Streep, Tom Hanks...) et vous savouriez.

En 71 ans, elle avait eu le temps d'être journaliste, blogueuse, scénariste, réalisatrice, dramaturge. Et de décrocher des nominations aux Oscars et aux Academy Awards. Selon le Washington Post, premier à annoncer son décès, elle a été «l'une des plus chaleureuses et pertinentes chroniqueuses de la culture et de la société contemporaines».

Nora Ephron avait eu le temps, aussi, de mener quelques combats. Pas d'idéologie véhémente, mais notamment un féminisme assuré.

Elle qui avait connu le journalisme dans les années 1960, elle en avait dénoncé la misogynie. Au cinéma, elle avait construit des personnages féminins indépendants et forts –comme en attestait Meryl Streep en chef cuisinière au caractère trempé dans son dernier film, en 2009, Julie et Julia. Puis féministe aussi en jouant des coudes pour faire sa place à Hollywood, dans les années 1980, alors que les femmes n'étaient pas légion aux manettes.

En 2010, Nora Ephron avait publié un recueil d'essais, Je ne me souviens de rien sur la vieillesse et la mort qu'elle sentait approcher. Elle l'a emportée mardi, à New York, sa ville natale.

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters