Monde

Fin du nucléaire en Allemagne: la grande illusion

Temps de lecture : 2 min

La centrale du Tricastin.REUTERS/ Muriel Boselli
La centrale du Tricastin.REUTERS/ Muriel Boselli

Un an après l'amorce de la sortie du nucléaire en Allemagne, le projet d'Angela Merkel est au bord de l'échec, estime l'hebdomadaire Focus, qui publie une longue enquête au ton très polémique, qui dénonce le fait que le prix de l'électricité augmente et que les énergies renouvelables sont «moins fiables» que le nucléaire au niveau du rendement.

«Quand, sous la pression de l'accident de Fukushima, une coalition dans laquelle étaient représentés tous les partis a annoncé la réforme énergétique, il y avait un consensus insidieux: on parlera d'argent plus tard. Cela ne fonctionne plus. Une bonne année après que la sortie du nucléaire a été édictée, la disposition des Allemands à donner plus d'argent année après année pour financer le chemin qui nous mène dans le paradis vert des parcs éoliens, des champs de panneaux solaires et des plantations de maïs énergétique, est en train de s'écrouler

41% des Allemands déclarent en effet ne pas vouloir payer plus d'argent à l'avenir pour les énergies renouvelables, selon un sondage TNS commandé par Focus. Depuis le début de l'année, les Allemands payent désormais un supplément de 3,59 cents par kWh, qui permet de financer le développement des énergies renouvelables, éolien et solaire en tête. Selon une étude de l'Institut de technologie Karlsruhe, citée par Focus, l'électricité pourrait être 70% plus chère d'ici à 2025.

«La réforme énergétique va nous coûter des sommes incalculables et pour finir notre compétitivité», prévient Arnold Vaatz, vice-président du groupe CDU/CSU au Bundestag et ancien ministre de l'Environnement dans le Land de Saxe.

Focus pointe également le coût des nouvelles infrastructures qui doivent être construites (32 milliards d'euros rien que pour les réseaux pour transporter du nord au sud du pays l'électricité produite par les éoliennes), ainsi que la dépendance des énergies renouvelables aux conditions climatiques:

«L'ultra-subventionné photovoltaïque livre certes une quantité d'énergie qui correspond à la production de 20 centrales nucléaires –mais seulement quand le ciel est bleu et qu'il est midi. En hiver, il ne reste qu'une fraction de cette quantité. L'énergie éolienne peut aussi couvrir jusqu'à 80% des besoins énergétiques de l'Allemagne. Par temps calme, cette proportion chute à 5%

Pour les particuliers qui sont équipés de panneaux solaires, la facture sera tout de même moins douloureuse: après des mois de débats autour de la subvention accordée aux producteurs d'énergie solaire que l'Etat voulait réduire à partir de 2013, le gouvernement allemand a consenti aujourd'hui à continuer de verser 19,5 cents par kWh sur 100% de l'électricité produite, et non sur 80% comme il le prévoyait, rapporte l'hebdomadaire Stern.

Annabelle Georgen Journaliste

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters