Culture

Comment Aaron Sorkin («A la Maison Blanche», «The Social Network», «The Newsroom»...) recycle ses répliques

Temps de lecture : 2 min

Aaron Sorkin, en 2009. Pruneau via Wikimedia Commons.
Aaron Sorkin, en 2009. Pruneau via Wikimedia Commons.

Avez-vous regardé le pilote de la nouvelle série écrite par le scénariste-star Aaron Sorkin, The Newsroom, sur la vie d’une rédaction télé américaine, diffusé dimanche 24 juin aux Etats-Unis sur HBO?

Que ce soit le cas ou non, vous pouvez en tout cas vous rafraîchir la mémoire sur ses œuvres passées en regardant cette compilation de sorkinisms, des répliques récurrentes de ses séries télé (Sports Night, A la Maison Blanche, Studio 60 on the Sunset Strip) et des films qu’il a écrits ou coécrits (Bulworth, Des Hommes d’honneur, Malice, La Guerre selon Charlie Wilson, The Social Network). Sans oublier une citation du discours de Tom Hanks lors de son Oscar pour Philadelphia en 1994 («The streets of heaven are too crowded with angels») qu'il a ensuite replacée dans la bouche du président Bartlet dans A la Maison Blanche.

Son auteur, Kevin Porter, explique que cette vidéo (qui a été relayée entre autres par Slate.com, The Daily What, Flavorwire...) «n’a pas été réalisée dans un but critique mais plutôt comme une excursion ludique à travers le merveilleux univers des répliques de Sorkin».

>>Suivre l'actualité des séries télévisées sur notre blog Têtes de séries.

Newsletters

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Nous sommes cernés par un océan de médiocrité qui menace de nous engloutir à tout jamais.

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

Le département d'histoire de l'art de la prestigieuse université ne veut plus des deux cours d'introduction qui appartenaient à son cursus depuis des lustres.

«High Maintenance» et «High Fidelity», deux séries qui magnifient New York

«High Maintenance» et «High Fidelity», deux séries qui magnifient New York

En plus de bénéficier d'un casting bourré de charme.

Newsletters