Monde

Il envoie des bouteilles à la mer depuis cinquante ans

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 26.06.2012 à 10 h 45

P1011548 / Sanne Roemen via Flickr CC Licence By

P1011548 / Sanne Roemen via Flickr CC Licence By

Bon d'accord, il n’est pas si vieux (61 ans). Et certes, il est rarement parti d’Amagansett, Long Island (Etat de New York). Mais il a fait voyager des centaines de messagers par voie maritime. Car Harvey Bennett, un commerçant amateur de navigation, envoie chaque année des bouteilles à la mer, qui contiennent toutes une carte de visite imprimée de l’intéressé, incluant la mention manuscrite: «Return for reward» («Retourner à l’adresse indiquée pour récompense»). Dans le New York Times, Corey Kilgannon consacre un long article au capitaine Bennett —il a un permis bateau— et à son passe-temps favori.

En un demi-siècle de pratique, une cinquantaine de ses bouteilles sont revenues à l'envoyeur. Certaines lui ont été ramenées par des locaux qui vivaient à quelques kilomètres de chez lui. D’autres ont voyagé bien au-delà de Long Island, jusqu’aux Bermudes, et lui ont été retournées par courrier.

En 2004, une de ses bouteilles a été retrouvée aux Bahamas, deux ans après avoir été envoyée. A Montauk, une femme qui a reçu un des colis d’Harvey l’a appelé pour lui reprocher de pratiquer ce mode de communication: «La bouteille aurait pu se casser et mes enfants auraient pu marcher dessus», lui a-t-elle dit au téléphone.

Echouée sur les côtes anglaises, une des bouteilles du «capitaine» a créé une mini-crise diplomatique en 2006 quand Henry Biggelsworth, citoyen anglais qui en avait manifestement contre ses cousins du Nouveau monde, lui a répondu par lettre. L’histoire avait à l’époque été relatée par le Guardian.

«Alors que vous considérez qu’il s’agit d’une expérience sur la vitesse des courants océaniques, j’ai un autre nom pour ce que vous faites: de la pollution.

Vous les Américains, vous n’êtes jamais content à moins que vous ne fassiez les imbéciles quelque part. Si vous souhaitez polluer votre propre territoire, allez-y. Mais retenez-vous à l’avenir de polluer le mien.»

Mais ces quelques expériences malheureuses n’ont pas détourné le capitaine Bennett de sa vocation: établir des liens avec ses semblables disséminés aux quatre coins du globe au moyen du mode de communication le plus archaïque au monde.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte