Monde

Lonesome George, la dernière tortue géante, est morte

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran
Capture d'écran

«Lonesome George» ou «Georges le solitaire», la célèbre et dernière tortue géante des îles Galápagos, est morte dimanche, a annoncé le parc national des îles au large de l’équateur, à Reuters. Elle avait un peu plus de 100 ans, selon les estimations.

Dans un communiqué, le parc national explique que le gardien Fausto Lierena a «malheureusement surpris» de la découvrir «étendue dans la direction de son trou d’eau sans aucun signe de vie», rapporte CNN.

C’était un naturaliste hongrois qui avait découvert Georges en 1972 sur La Pinta, l’une des plus petites îles des Galápagos. De la sous-espèce Chelonoidis abingdoni, la tortue géante n’a pas eu de descendance, et ce malgré les tentatives pour la faire se reproduire avec deux tortues proches de son espèce, originaire de l’île voisine d’Espanola, rapporte Reuters.

Georges est donc resté une créature solitaire.

Il doit son nom à l’acteur américain George Gobel, une star de la télé des années 1950, qui se surnommait lui-même «Lonesome George», indique NY DailyNews.

Les tortues géantes des Galapagos peuvent atteindre jusqu’à 200 ans et comptent parmi les espèces qui ont permis à Charles Darwin de développer sa théorie de l’évolution de l’espèce au XIXe siècle.

Les responsables du parc national ont précisé que la célèbre tortue serait autopsiée pour déterminer les causes du décès.

Newsletters

Aux États-Unis, les pro-armes sur le point de gagner la guerre?

Aux États-Unis, les pro-armes sur le point de gagner la guerre?

Un juge fédéral a conclu à l'inconstitutionnalité d'un texte interdisant la possession de toute arme considérée comme un fusil d'assaut. Une décision qui pourrait avoir de lourdes conséquences.

À Berlin, un magasin profite d'une faille législative pour vendre du LSD

À Berlin, un magasin profite d'une faille législative pour vendre du LSD

Pour couronner le tout, c'est un prétendu parent éloigné de l'ex-président des États-Unis Donald Trump qui le commercialise.

Au Brésil, la lutte contre les violences domestiques se fait chez la coiffeuse et le barbier

Au Brésil, la lutte contre les violences domestiques se fait chez la coiffeuse et le barbier

Un programme a été mis en place pour sensibiliser les professionnels des salons de beauté aux violences conjugales et sexistes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio