Monde

A Venice Beach, Schwarzenegger va-t-il résister à Google?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 24.06.2012 à 15 h 29

Schwarzenegger posing color par d_vdm sur Flickr.com, Licence by

Schwarzenegger posing color par d_vdm sur Flickr.com, Licence by

Venice Beach est depuis plus d’un demi-siècle le cœur bohémien de Los Angeles. Dans ce quartier, l’obsession de la ville pour les paillettes d’Hollywood laissait la place à un mélange de hippies, d’artistes et de bodybuilders soulevant de la fonte sur la promenade de bord de mer. Jim Morrison y habitait avant de devenir célèbre, et c’est ici qu’Arnold Schwarzenegger s’est d’abord fait connaître comme jeune bodybuilder fraîchement débarqué d’Autriche avant de devenir une star du cinéma d’action puis un homme politique. C’est aussi dans les bars du quartier que les figures de la «beat generation» comme Alan Ginsberg et Jack Kerouac se retrouvaient.

Mais un nouvel arrivant menace l'âme rebelle et l'étrange mélange de ce quartier mythique: Google. Le géant de l’Internet vient d’acheter près de 10.000 mètres carrés de bureaux pour y installer quelques 500 commerciaux et ingénieurs informatiques, et essaye de mettre la main sur un autre espace de la même taille contenant notamment la Gold’s Gym, la salle de sport emblématique des bodybuilders de Venice Beach, rapporte le Guardian.

Une arrivée massive qui a déclenché un vif débat sur la préservation de l’identité d’un des quartiers les plus distinctifs de la ville. Schwarzenegger lui-même a relayé les inquiétudes de ses amis bodybuilders au New York Times qui l’accompagnait lors d’une visite du quartier. Certains ont déjà rebaptisé le quartier «Silicon Beach» en prévision d’une invasion de geeks, tandis que d'autres redoutent une hausse des loyers qui feraient disparaître une bonne fois pour toute le côté mal famé du quartier pour en faire un endroit totalement aseptisé.

Mais Google ne serait pas le seul coupable. Comme beaucoup d’anciens quartiers mal famés des grandes villes américaines, Venice Beach a déjà connu une vague de «gentrification» souligne le Guardian, et les dealers s'y font plus rares qu'il y a quelques années. Des stars comme Robert Downey Jr, Jon Favreau et Lindsay Lohan y vivent désormais.

La World Gym, une autre salle de sport emblématique, celle où Schwartzenegger s'exerçait, a déjà été rachetée pour être transformée en magasins et bureaux de luxe, rapporte le New York Times. Le nom du nouveau propriétaire? Arnold Schwarzenegger.   

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte