Culture

Les affiches de films deviennent de plus en plus bleues

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran
Capture d'écran

On savait déjà que les affiches de films se standardisaient, on apprend aujourd’hui que c’est également le cas des couleurs utilisées sur ces dites affiches.

C'est en tout cas l'intuition de Vijay Pandurangan, rapporte le site Movies. L'ingénieur en informatique est persuadé que les affiches se sont assombries au fil des années et qu’elles sont devenues de plus en plus bleues et de moins en moins orange.

«J’ai fait quelques recherches et j'ai découvert que des gens avaient déjà analysé quelques affiches de ces dernières années, j’ai été intrigué de ce à quoi ressembleraient les tendances sur le long terme et ce qu’elles montreraient. Donc comme n’importe quel ingénieur aurait fait, j’ai créé des codes!»

Pour vérifier son intuition il décide d’analyser la gamme de couleurs de 35.000 affiches de films entre 1914 et aujourd’hui. Chaque affiche a eu ses pixels comptabilisés et est triée par teinte.

[cliquez ici pour agrandir l’image]

Cela donne un graphique interactif, qui révèle, quand vous cliquez sur la ligne correspondante, les statistiques détaillées par année des différentes couleurs utilisées dans les affiches de films. L’ingénieur a également fait un second graphique, plus clair, qui ne prend pas en compte la brillance de l’image. Sur ces graphiques, on constate que l’intuition de Vijay Pandurangan semble se vérifier, avec une part de bleue plus importante au fur et à mesure des années.

[cliquez ici pour agrandir l'image]

Comme il l’explique sur son blog:

«Il est vrai que les affiches de films sont beaucoup plus bleues et moins orange que par le passé [...] Je me demande si les producteurs sont devenus meilleurs pour trouver la distribution de couleurs «optimum» sur des affiches.»

Une amie designer, Cheryl Cranbourne, donne une autre explication. Selon elle, ce que révèle surtout ce graphique n’est pas tant sur l’évolution des couleurs dans leur ensemble ou en tant que tendance, mais d’avantage sur la manière dont les genres cinématographiques ont évolué.

«Il y a plus de films d’action/thriller/science-fiction qu’il y a 50-70 ans de cela, ce qui a peut-être avoir avec l’augmentation des teintes sombres et des nuances plus masculines».

Si le sujet vous intéresse, on ne saurait que trop vous conseiller le blog de Christophe Courtois, où vous trouverez de nombreux montages photo d'affiches les unes à côté des autres montrant à quel point elles se ressemblent. Il pointe notamment que la couleur de l'affiche du film indépendant est le jaune, tandis que tout ce qui est animalier fait dans le bleu.

Delphine Dyèvre

Newsletters

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

L’histoire de l’Haïtien réapparu dix-huit ans après sa mort va être adaptée par Bonello

L’histoire de l’Haïtien réapparu dix-huit ans après sa mort va être adaptée par Bonello

Le cinéaste Bertrand Bonello s'apprête à tourner un film inspiré de la troublante histoire de cet Haïtien qui semble être revenu à la vie. Une affaire qui avait déjà inspiré Wes Craven il y a trente ans.

Newsletters