Economie

Robert Zoellick: l'Europe peut déclencher une crise à la Lehman Brother

Cécile Chalancon, mis à jour le 17.06.2012 à 13 h 42

L'Europe va mal et l'effrondement de l'euro pourrait provoquer une crise mondiale, selon Robert Zoellick. Le président sortant de la Banque mondiale compte alerter le sommet du G20 que l'Europe court le risque de déclencher une crise semblable à celle de Lehman Brother qui aura des conséquences désastreuses pour les pays en développement.

Dans un entretien à The Observer, Robert Zoellick s'inquiète de la possible victoire de Syriza en Grèce. L'hebdomadaire du week-end de The Guardian écrit:

«L'élection d'un gouvernement anti-austérité déclencherait la crise la plus grave de l'euro à ce jour, à la suite de l'échec apparent d'un plan de sauvetage bancaire espagnol la semaine dernière. La chancelière allemande Angela Merkel a statué hier sur la renégociation de renflouement de la Grèce, estimant que le pays doit s'en tenir à ses offres avec des prêteurs internationaux.»

Zoellick déclare:

«L'Europe peut être capable de s'en sortir mais le risque grandit. (…) une situation comparable à celle de Lehman peut se produire si les choses ne sont pas traitées comme il faut.»

Le JDD a eu accès à la lettre que François Hollande a adressée au président Calderon, le Mexique accueillant à partir de lundi 18 le sommet du G20 à Los Cabos.

Le président français tente de rassurer son homologue mexicain:

«L’Europe sait qu’elle doit être au rendez-vous.»

«Depuis mon entrée en fonctions, j’ai multiplié les contacts pour réorienter l’agenda européen vers l’objectif d’une croissance durable et responsable.»

Dans une interview aux Echos, John Kirton, directeur du groupe de recherches sur le G8 et le G20, explique que le défi sera plus difficile pour Hollande au G20 qu'au G8.

«En prônant la croissance auprès des leaders politiques plutôt que l'austérité, François Hollande a fait un bon départ au G8, à Camp David. Mais, pour être franc, à Los Cabos, il devra s'entretenir avec des dirigeants politiques issues d'économies très diverses qui ne se situent pas exactement sur sa ligne. Il devra ainsi composer avec l'Arabie Saoudite, la Chine, et non plus simplement avec les économies européennes. Pour lui, le défi sera donc plus difficile à relever.»

Cécile Chalancon
Cécile Chalancon (99 articles)
Editrice à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte