Monde

Vidéo: Catherine Ashton ne sait pas à quoi ressemble le président serbe

Cécile Chalancon, mis à jour le 16.06.2012 à 16 h 15

Capture vidéo de Catherine Ashton et Tomislav Nikolic

Capture vidéo de Catherine Ashton et Tomislav Nikolic

Peut-être ne savez-vous pas qui est Tomislav Nikolic ni même à quoi il ressemble. On ne vous en voudra pas. Pour tout vous dire, il s'agit du nouveau président serbe, élu le 20 mai dernier.

Plus embêtant, Catherine Ashton ne sait pas non plus à quoi il ressemble. C'est une vidéo repérée sur SEETV par @tanjatania, journaliste macédonienne à Bruxelles, reprise par Jean-Sébastien Lefebvre, journaliste spécialite de l'Union européenne (qui a souvent écrit pour Slate.fr) sur son blog, qui nous le montre:

La Haute représentante de l'Union européenne (autrement dit en charge de la diplomatie européenne), le recevait pour la première fois le 14 juin. Au dernier moment, elle se rend compte qu'elle ne sait pas à quoi ressemble son futur interlocuteur (on trouve de belles photos de lui sur Google Images). Elle interpelle donc un de ses collaborateurs:

«Robert, venez avec moi s’il vous plait parce que je ne sais pas à quoi il ressemble.»

Tomislav Nikolic a été élu en mai. Nous avions consacré un article à cette élection. Daniel Vernet écrivait:

«Contre toute attente, le candidat le plus “européen”, le président sortant Boris Tadic, a été battu au deuxième tour par le nationaliste Tomislav Nikolic. Il est vrai que l’abstention a été très forte, ce qui ne permet pas de tirer des conclusions définitives sur l’attitude des Serbes vis-à-vis de l’Europe.

Tomislav Nikolic a été longtemps membre du Parti radical dont le chef, Vojislav Seselj, attend d’être jugé à La Haye. C’est un ancien partisan de Milosevic, qu’il trouvait d’ailleurs trop modéré dans sa défense de la “Grande Serbie”.

Ce ne sont pas les meilleures lettres de créance pour frapper à la porte de l’Union européenne. Mais Nikolic, qui lorgnait plus volontiers du côté des frères slaves de Moscou, a évolué. Réaliste, il a pris acte que la majorité de ses compatriotes comptent sur l’Europe pour sortir la Serbie de son isolement et que seule l’ouverture vers l’UE pouvait permettre le redémarrage de l’économie. Il a donc tu ses critiques vis-à-vis de l’Europe et promis de poursuivre sur la voie de son prédécesseur. Il le devra d’autant plus qu’il aura face à lui au gouvernement une coalition plus pro-européenne.»

Depuis sa nomination en 2009, Catherine Ashton a été régulièrement critiquée, notamment pour son inaction.

Cécile Chalancon
Cécile Chalancon (99 articles)
Editrice à Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte