Monde

Les chiens à la Maison Blanche, un outil diplomatique insoupçonné

Temps de lecture : 2 min

Bo, le chien du président Obama, le 23 octobre 2010. REUTERS/Jason Reed
Bo, le chien du président Obama, le 23 octobre 2010. REUTERS/Jason Reed

Les animaux des présidents américains ont été les sujets de nombreux articles de presse. Il n’y a qu’à se souvenir de la présentation de Bo, le chien d’eau portugais d’Obama, à la presse en 2009. Pourtant, il n’existe aucune littérature sérieuse sur les animaux des présidents.

Pour pallier ce manque, la revue Political Science and Politics a analysé le pouvoir des animaux à la Maison Blanche mais également la manière stratégique dont les présidents peuvent les utiliser, au travers des différents articles qui ont pu leurs être consacrés.

Comme on peut le voir dans le graph ci-dessus, Bo est l’animal qui a eu le droit au plus d'articles, Socks, le chat de Bill Clinton dans les années 1990 n’est pas en reste, même s’il est derrière Millie, le chien de George Bush père (dans les années 1980).

Les chiens à la Maison Blanche auraient un rôle de diversion, contrairement aux chats, explique l'étude. Les chiens seraient ainsi plus souvent promenés au moment de conflits internationaux ou de scandales présidentiels, afin de jouer sur leur mignoncité auprès du public. Au contraire, ils ne sortent plus en période de crise économique afin de ne pas donner l’impression que le chef d’Etat est un privilégié.

Le président Obama caressant son chien, Bo, le 15 mars 2012. REUTERS/Larry Downing

Newsletters

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

Les conséquences politiques du décès de la juge de la Cour suprême montrent à quel point les institutions du pays sont antidémocratiques.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Newsletters