Life

La pollution rend les plantes carnivores végétariennes

Fabien Jannic-Cherbonnel, mis à jour le 14.06.2012 à 11 h 40

1 metre high club Jean_Photos via Flickr CC License by

1 metre high club Jean_Photos via Flickr CC License by

Fini les mouches! Les plantes carnivores seraient en passe de devenir végétariennes, selon une étude britannique reprise par la BBC.

L’étude, publiée dans le New Phyologist Journal, a été conduite par le Dr Millett de l’université de Loughborough. D’après celle-ci, une quantité importante d'azote dans le sol réduit le nombre d’insectes capturés par les plantes. Le chercheur explique:

«S'il y a suffisamment d'azote disponible au niveau de leurs racines, alors elles ne mangent pas autant (que d’habitude).»

L'azote est nécessaire au fonctionnement des plantes, on en trouve dans les insectes, mais aussi dans le sol. Lorsque les plantes se situent dans des régions polluées, le taux d'azote augmente drastiquement. Cette augmentation est causée par des pluies gorgées de pollution.

Les chercheurs ont mesuré la quantité d'azote qui vient des insectes en le comparant avec la quantité prise par les racines de drosera rotundifolia (une espèce de plante carnivore, voir photo). 

Les résultats sont sans appel: les plantes vivant dans des endroits peu pollués tirent 57% de leur azote de leurs proies, tandis que dans des endroits plus pollués, ce chiffre tombe entre 20% et 30%.

Une fausse bonne nouvelle

Les plantes carnivores s’adaptent à leur environnement. Cela aurait pu sembler positif au premier abord, c’est d’ailleurs ce qu’ont pensé de nombreux médias. Sauf que, comme le note le site Southern Fried Science, la pollution menace ces plantes. Le Dr Millett explique:

«C’est comme ajouter plus de fertilisant. Pour un plant individuel, on a l’impression que c’est mieux. Il sera plus grand, probablement plus en forme et à même de faire mieux, mais le problème est que les plantes doivent partager des ressources pour être carnivores.»

En réalité, les plantes carnivores vivent mieux dans un environnement pauvre en nutriment, parce qu'elles y ont moins de compétition venant d’autres plantes. Les habitudes alimentaires des plantes carnivores semblent d'ailleurs être une façon de survivre dans ces environnements hostiles. Conclusion du chercheur:

«Là où il y a plus d'azote disponible… les plantes non carnivores peuvent surpasser [les plantes ordinaires]. On pourrait même assister à quelques extinctions locales dès lors que l’on a des niveaux d'azote très hauts.»

Une situation inquiétante, d’autant que d’après l’Union internationale pour la conservation de la nature, la majorité des plantes carnivores est menacée d'extinction. 

Fabien Jannic-Cherbonnel
Fabien Jannic-Cherbonnel (121 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte