Sports

Lance Armstrong à nouveau accusé de dopage

Grégoire Fleurot, mis à jour le 14.06.2012 à 10 h 12

Floyd Landis et Lance Armstrong à l'entraînement en 2003, REUTERS/Eric Gaillard

Floyd Landis et Lance Armstrong à l'entraînement en 2003, REUTERS/Eric Gaillard

Lance Armstrong fait l’objet de nouvelles accusations de dopage qui pourraient lui coûter ses titres de vainqueur du Tour de France. Le Washington Post rapporte que l’agence anti-dopage américaine, la Usada, a informé le septuple vainqueur du Tour mardi 12 juin qu’elle allait formellement porter plainte contre lui et cinq autres anciens membres de son équipe. L’agence les accuse d’avoir mis en place un véritable système de dopage qui a duré treize ans, jusqu’à l’année dernière.

Ces accusations signifient qu’Armstrong a été immédiatement banni de toute compétition officielle de triathlon, un sport qu’il pratique depuis sa retraite de cycliste en 2011, et qu’il pourrait se voir retirer ses titres de vainqueur du Tour de France et d’autres compétitions cyclistes qu’il a gagnées pendant cette période.

L’Usada affirme que les échantillons de sang prélevés en 2009 et 2010 montrent une manipulation du sang, et qu’Armstrong a utilisé plusieurs méthodes d’amélioration des performances comme l’EPO, les transfusions sanguines ou encore la testostérone au cours de sa carrière.

Ces nouvelles accusations interviennent quatre mois seulement après que les autorités fédérales américaines ont conclu une enquête de deux ans sur Armstrong pour dopage en décidant de ne pas lancer de poursuites pénales contre lui.

Armstrong a toujours démenti les accusations concernant son utilisation de produits dopants, une position qu’il a de nouveau adoptée dans un communiqué sur son site:

«Je ne me suis jamais dopé, et contrairement à mes accusateurs, j’ai été un athlète d’endurance pendant 25 ans sans pic de performance, passé plus de 500 tests de dopage et n’ai jamais été contrôlé positif. Le fait que l’Usada ignore cette distinction fondamentale et m’accuse au lieu des dopés avérés en dit bien plus sur l’Usada, son manque d’équité et cette vendetta que sur ma propre culpabilité ou innocence.»

Armstrong fait ici notamment allusion à son ancien coéquipier Floyd Landis, qui l’avait accusé de dopage en mai 2010 tout en avouant s’être lui-même dopé de manière systématique tout au long de sa carrière.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte