Monde

Obama moins populaire qu’en 2008, sauf en France

Temps de lecture : 2 min

Barack Obama à Chicago, le 3 août 2011. REUTERS/ Jim Young
Barack Obama à Chicago, le 3 août 2011. REUTERS/ Jim Young

En 2008, avant d’être élu président, Obama avait voyagé au Moyen-Orient et en Europe, il avait rencontré de nombreux chefs d’Etat et avait fini avec un grand discours à Berlin, devant 200.000 personnes. Sa popularité était immense, mais quatre ans après, la situation a changé. De nombreuses personnes estiment qu’il n’a pas répondu à leurs attentes.

Le Guardian cite un sondage du Pew Research Centre sur les sentiments envers les Etats-Unis dans 21 pays qui montre que la confiance dans la politique étrangère d'Obama a chuté depuis qu'il a pris ses fonctions.

Les plus grands problèmes pour les étrangers sont la façon dont il a géré la situation en Israël, les questions sur le changement climatique et les attaques de drones.

62% des Américains soutiennent ces attaques de drones, contrairement aux Français, aux Chinois, aux Mexicains ou aux Russes.

Plus globalement, les étrangers avaient espéré que, sous le mandat d’Obama, les Etats-Unis seraient plus enclins au multilatéralisme et plus respectueux des lois internationales. Mais les attaques de drones montrent que cela n’a pas été le cas.

Malgré tout, Obama reste populaire en Europe (80% d’opinions favorables, soit 6 points de moins en trois ans). Son histoire d’amour perdure avec la France, 92% des Français aimeraient le voir réélu. En revanche, il décroche en Chine (38% d’opinions favorables contre 62%) et en Russie.

Dans les pays musulmans, il ne recueille que 25% d’opinions favorables. Pire encore, souligne The Guardian, seuls 15% ont une opinion positive des Etats-Unis.

Autre statistique alarmante selon le quotidien britannique: le monde n’a plus confiance dans l’économie américaine. Une majorité de Français, Mexicains, Allemands et Britanniques considèrent que la Chine est la plus grande puissance économique.

Newsletters

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

La mort de Ruth Bader Ginsburg questionne la démocratie américaine

Les conséquences politiques du décès de la juge de la Cour suprême montrent à quel point les institutions du pays sont antidémocratiques.

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Newsletters