Life

Au travail, les hommes sont plus ou moins sexistes en fonction de leur mariage

Delphine Dyèvre, mis à jour le 13.06.2012 à 18 h 30

Businessman in the office  / Victor1558 via FlickrCC Licence by

Businessman in the office / Victor1558 via FlickrCC Licence by

Le sexisme dans le monde du travail n’est pas quelque chose de récent. L’une de ses illustrations est sans doute le manque de mixité dans les conseils d’administration des entreprises du CAC 40. Ce sexisme, des hommes envers les femmes, s’expliquerait par le type de mariage (traditionnel, moderne) dans lequel ces mêmes hommes sont, explique The Atlantic.

Selon une étude intitulée «Marriage Structure and Resistance to the Gender Revolution in the Workplace» (Les structures du mariage et les résistances à la révolution des genres dans le monde du travail, NDLR) il serait quasi impossible pour des hommes dans un mariage «traditionnel» –comprendre dont la femme vit au foyer– de traiter les femmes comme son égal. C'est en tout cas ce que révèle l'étude:

«Nous avons trouvé que les employés mariés, dans des mariages traditionnels, comparés à ceux dans des mariages modernes, ont tendance:

a) à être défavorable à la présence des femmes sur le lieu de travail

b) à percevoir les entreprises majoritairement féminines comme fonctionnant moins facilement

c) à trouver les organisations avec des femmes à leurs têtes comme peu attrayantes

d) à refuser, plus fréquemment, des opportunités de promotion à des employées qualifiées.»

Le site Jezebel explique que les chercheurs ont présenté deux employés –avec la même expérience, les mêmes qualifications, le même CV– seuls les noms étaient différents: l’un s’appelait Dave et l’autre Diane. Aucune différence au niveau professionnel donc, pourtant les hommes dans un mariage «traditionnel» ont noté Diane sensiblement moins bien que Dave…

Pour Sreedhari Desai, l’une des auteurs de l’étude et chercheuse à Harvard, le but n’est pas de relancer le débat sur les mères au foyer mais d’aider les chefs d’entreprises à former leurs équipes:

«L’une des raisons pour lesquelles il n’y a pas autant de femmes au sommet est peut-être que les hommes au sommet sont des sexistes bienveillants, qui ont tendance à voir les femmes comme des personnes ayant besoin d’être protégées du danger et des risques.» 

Elle ajoute:

«Ils pensent probablement que les femmes sont des êtres fragiles qui ont besoin qu’on prenne soin d’elles, qui veulent rester à la maison et élever les enfants et ne veulent pas prendre de risques et s’élever dans la hiérarchie.»

Delphine Dyèvre
Delphine Dyèvre (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte