Monde

Le Ku Klux Klan veut adopter un bout d'autoroute géorgienne

Cécile Dehesdin, mis à jour le 13.06.2012 à 10 h 37

Trois membres du Ku Klux Klan pendant une parade de l'organisation en Virginie du Nord, le 18 mars 1922 / Librairie du congrès américain via wikimedia commons

Trois membres du Ku Klux Klan pendant une parade de l'organisation en Virginie du Nord, le 18 mars 1922 / Librairie du congrès américain via wikimedia commons

Une section du Ku Klux Klan de l'Etat américain de Géorgie essaye d'acheter un bout d'autoroute géorgienne, dans le cadre d'un programme lancé par l'Etat pour améliorer l'entretien de ses routes, rapporte l'Associated Press.

L'idée de «Adopte une autoroute» est que des organisations ou des entreprises se portent volontaires pour ramasser les détritus d'une route ou d'un tronçon de route. Chaque groupe de volontaires a droit à son nom sur un panneau de cette route.

Exemple avec un groupe d'athéistes sur une route californienne:

 

Sur son site, «Adopte une autoroute» explique également «promouvoir la fierté et la responsabilité civique». Gênant, quand un groupe comme le Ku Klux Klan demande à y participer...

Ce mardi 12 juin, la Géorgie a rejeté la candidature du KKK, rapporte le Atlanta Journal-Constitution, estimant qu'autoriser «une organisation qui a incité des troubles civiques et sociaux» à s'occuper d'un tronçon de route «présenterait de graves inquiétudes», parmi lesquelles une atteinte à l'image de la Géorgie.

Mais l'Etat pourrait se retrouver dans une bataille judiciaire qu'il ne gagnerait pas nécessairement. Quand une section du KKK du Missouri a demandé à participer à un programme du même type, le département des Transports missourien a rejeté sa candidature, mais un juge a déclaré ce rejet anticonstitutionnel (la décision a été confirmée en appel, et la Cour suprême américaine n'a pas voulu examiner un autre appel).

Mais les législateurs du Missouri ont eu une idée de génie: ils ont renommé ce tronçon d'autoroute adopté par le Ku Klux Klan la «route Rosa Parks», du nom de la femme afro-américaine qui refusa de céder sa place à un passager blanc dans un bus où elle voyageait à l'époque de la ségrégation aux Etats-Unis, devenue symbole de la lutte pour les droits civiques des noirs dans le pays. 

Quand un groupe néo-nazi adopta un peu plus tard une autre portion de route, les législateurs du Missouri votèrent pour la renommer en l'honneur du rabbin Abraham Joshua Heschel, un théologien juif important qui participa à la lutte pour les droits civiques aux côtés de Martin Luther King Jr. (contrairement à la section du KKK, exclue du programme rapidement parce qu'elle ne nettoyait jamais sa route, des membres du groupe néo-nazi enlèvent bien les détritus de la leur).

Si les législateurs géorgiens se retrouvent à devoir autoriser la candidature du Ku Klux Klan, le Time leur propose de donner à la route en question le nom de W. W. Law, un leader de la NAACP (l'association nationale pour l'avancement des gens de couleur) qui a mené une campagne réussie pour la fin de la ségrégation raciale dans la ville de Savannah, en Géorgie, dans les années 1960. 

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte