Culture

Quand il est impossible de lire un ebook qu'on a acheté légalement...

Cécile Dehesdin, mis à jour le 11.06.2012 à 17 h 08

She is too fond of books, and it has turned her brain / katerha via Flickr CC License by

She is too fond of books, and it has turned her brain / katerha via Flickr CC License by

On parle souvent d'ebooks, que ce soit pour donner leurs avantages par rapport aux bons vieux livres papiers, parler de ce qu'au contraire on perd avec le livre électronique, ou s'interroger sur ce que la montée en puissance du ebook change pour le secteur du livre et pour les nouvelles technologies

Sur son blog Bug Brother, le journaliste Jean-Marc Manach soulève un autre problème: ce que la différence entre ebook et livre papier veut ou peut vouloir dire pour le lecteur. Il raconte une récente expérience où il a acheté un ebook, tout ce qu'il y a de plus légalement donc, et s'est retrouvé dans l'incapacité de le lire parce qu'il utilisait des logiciels libres, des programmes dont le code source est public et modifiable.

Jean-Marc Manach a acheté un ebook développé pour être lu sous Windows, Mac ou Linux. Mais l'éditeur du livre numérique a rajouté un système de «protection contre la copie», qui interdit d'une part de lire le livre sous Linux (logiciel libre, donc), d'autre part de le lire sous Windows ou Mac s'il n'y a pas de lecteur CD-Rom sur la machine. Ce qui est le cas de nombreux netbooks –ces petits ordinateurs très peu chers–, des MacBook Air d'Apple et des tablettes numériques... notamment faites pour lire des ebooks!

Conclusion du journaliste:

«J'ai donc acheté un livre que je n'ai ni le droit ni la possibilité de lire: le seul moyen de pouvoir le lire, ce serait de le "pirater", et donc de violer la loi qui interdit de contourner les DRM. Un comble: ce livre m'appartient, je l'ai acheté; mais je n'ai pas le droit de le lire, sauf à devenir un "hors-la-loi"...»

L'idée des éditeurs derrière ces restrictions est d'empêcher leurs livres d'être partagés ou piratés sans qu'ils en soient rétribués, mais Manach estime qu'ils se tirent une balle dans le pied à vendre des livres que ceux qui les ont achetés ne peuvent pas lire. 

En 2011, Richard Stallman, l'un des pères du logiciel libre, revenait dans un texte (traduit par Framasoft) sur les différences entre certains ebooks et les livres papiers, où il soulignait que «des technologies qui devraient nous conférer davantage de liberté sont au contraire utilisées pour nous entraver»:

Le livre imprimé:

  • On peut l’acheter en espèces, de façon anonyme.
  • Après l’achat, il vous appartient.
  • On ne vous oblige pas à signer une licence qui limite vos droits d’utilisation.
  • Son format est connu, aucune technologie privatrice n’est nécessaire pour le lire.
  • On a le droit de donner, prêter ou revendre ce livre.
  • Il est possible, concrètement, de le scanner et de le photocopier, pratiques parfois légales sous le régime du copyright.
  • Nul n’a le pouvoir de détruire votre exemplaire.

Comparez ces éléments avec les livres électroniques d’Amazon (plus ou moins la norme):

  • Amazon exige de l’utilisateur qu’il s’identifie afin d’acquérir un e-book.
  • Dans certains pays, et c’est le cas aux USA, Amazon déclare que l’utilisateur ne peut être propriétaire de son exemplaire.
  • Amazon demande à l’utilisateur d’accepter une licence qui restreint l’utilisation du livre.
  • Le format est secret, et seuls des logiciels privateurs restreignant les libertés de l’utilisateur permettent de le lire.
  • Un succédané de «prêt» est autorisé pour certains titres, et ce pour une période limitée, mais à la condition de désigner nominalement un autre utilisateur du même système. Don et revente sont interdites.
  • Un système de verrou numérique (DRM) empêche de copier l’ouvrage. La copie est en outre prohibée par la licence, pratique plus restrictive que le régime du copyright.
  • Amazon a le pouvoir d’effacer le livre à distance en utilisant une porte dérobée (back-door). En 2009, Amazon a fait usage de cette porte dérobée pour effacer des milliers d’exemplaires du 1984 de George Orwell.
Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte