Monde

Le FBI attaqué en justice par Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload

Temps de lecture : 2 min

Kim Dotcom devant le Palais de justice d'Auckland, le 29 février 2012. REUTERS/Simon Watts.
Kim Dotcom devant le Palais de justice d'Auckland, le 29 février 2012. REUTERS/Simon Watts.

LE FBI aurait-il illégalement piraté les ordinateurs de Kim Dotcom, le fondateur de Megaupload? C’est en tout cas ce qu’affirment ses avocats, rapporte Wired.

D’après les juristes, les agents du FBI auraient commis «un acte illégal» en clonant des données des ordinateurs de Dotcom et en les envoyant aux Etats-Unis par Fedex.

Mais d’après Willy Akel, l’avocat du patron du défunt site de stockage en ligne, le FBI a envoyé aux Etats-Unis des données sans que la police néo-zélandaise ne soit impliquée. Or un juge avait à l’époque décidé que les données ne pourraient être saisies qu’après la décision d’une cour de justice.

Le gouvernement américain se bat actuellement pour obtenir l’extradition de Kim Dotcom de la Nouvelle-Zélande. Ce dernier est accusé d’avoir dirigé une organisation criminelle qui a gagné des millions de dollars en laissant ses utilisateurs partager des fichiers non libres de droit en ligne.

Kim Dotcom est pour l’instant libre, mais il n’est pas certain que sa tentative d’attaquer le FBI débouche sur quelque chose. Rendez fin juillet pour la décision.

Fabien Jannic-Cherbonnel

Newsletters

Il est arrêté à l'aéroport avec un orang-outan dans sa valise

Il est arrêté à l'aéroport avec un orang-outan dans sa valise

Ce touriste russe, en voyage en Indonésie, transportait aussi deux geckos et cinq lézards.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

La Nouvelle-Zélande sous le choc d'un attentat perpétré dans deux mosquées, le passage du cyclone Idai en Afrique australe et les qualifications pour l'Euro 2020... La semaine du 16 mars en images. 

Dans l'Indiana, une simulation de fusillade se finit par de fausses exécutions de profs

Dans l'Indiana, une simulation de fusillade se finit par de fausses exécutions de profs

Des enseignants américains dénoncent la violence des exercices de préparation aux fusillades scolaires.

Newsletters