Monde

Pour échapper à l'usine, les migrants chinois deviennent acteurs

Delphine Dyèvre, mis à jour le 07.06.2012 à 11 h 46

Untitled  / darapo via FlickrCC Licence by

Untitled / darapo via FlickrCC Licence by

Hengdian World Studios est le Hollywood chinois, «Chinawood» pour les locaux. A l'instar de son homologue américain, il fait rêver des millions de jeunes Chinois à travers le pays, explique The Economist. Mais comme à Hollywood, il y a peu d’élus.

Quand les migrants (les Mingong) arrivent dans la ville d'Hengdian, ils doivent s’enregistrer à l’association d’acteurs locale. Chaque jour, ils jouent aux échecs pour patienter et espèrent qu’on va leur proposer un rôle. Le salaire moyen, par jour, est de 40 yuans (5 euros) et 5 yuans (0,62 euro) l’heure supplémentaire. Le rôle le plus fréquent est celui d’un soldat de l’armée impériale.

Sur place, 72.000 travailleurs migrants chinois, presque autant que la population native de la ville d’Hengdian. Et tous les ans, 1.000 nouveaux venus arrivent, recherchant la gloire et la fortune. Selon Chen Lan, chercheur au ministère des Ressources humaines et de sécurité sociale, ils sont plus éduqués que leurs parents et veulent autre chose qu’un travail à l’usine. Et comme rester à la ferme n’est plus une option qu'ils envisagent, ils préfèrent s’orienter dans les services ou l’immobilier.

Cette ambition d’un avenir meilleur se retrouve dans des études récentes, explique le China Digital Times, qui explique que les jeunes migrants ne sont pas satisfaits de leurs conditions de vie, alors qu’elles sont bien meilleures que celles de leurs parents. Leurs ambitions sont frustrées, ce qui les pousse à faire ce que n’auraient jamais osé leurs parents, quitter leur travail et en trouver un autre et le quitter à nouveau.

Jia Jianjun, 22 ans, qui vient de Mongolie, est l'exemple parfait. Il dit être venu à Hengdian pour «se battre pour une vie meilleure». Il explique qu’il a quitté son travail de vendeur de chaussons dans la rue, dont il avait marre, pour poursuivre son rêve d’enfant. Pour le moment, tout se passe bien, il a décroché un rôle de garde impérial dans une série télévisée. Mais son rêve serait de voir son nom dans les crédits, pour que ses amis puissent le voir à la TV.

Delphine Dyèvre
Delphine Dyèvre (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte