Monde

Les Etats-Unis ont cru que les Talibans possédaient l'arme nucléaire

Temps de lecture : 2 min

US Air missile Peacekkeper BlattantWorld via Flickr CC License by
US Air missile Peacekkeper BlattantWorld via Flickr CC License by

A peine arrivé à la Maison Blanche en 2009, Barack Obama a été confronté à un problème de taille: les services secrets américains pensaient alors que les Talibans disposaient de l’arme nucléaire, rapporte l’AFP via New York Daily News.

C’est un livre intitulé Confront and Conceal (Confronter et dissimuler) qui nous l'apprend. Ecrit par le correspondant à Washington du New York Times, David Sanger, celui-ci révèle des informations inédites sur la guerre menée par les Etats-Unis contre les Talibans.

Le journaliste raconte que lors d’une réunion à la Maison Blanche au début de l’été 2009, Barack Obama est informé de preuves «ambiguës» selon lesquelles les Talibans auraient récuperé des armes nucléaires.

Une menace nucléaire non avérée

La CIA a ainsi intercepté des conversations entre des Talibans pakistanais qui lui auraient fait croire que l’organisation terroriste possédait non seulement une bombe, mais comptait également attaquer des villes américaines. D’après Sanger, aucun membre des services secrets n’était alors certain de la fiabilité de ces informations.

Certains doutaient même de la menace. Des analystes pensaient à l’époque que le risque le plus probable viendrait plutôt de matériel nucléaire combiné avec une bombe.

D’après le livre de Sanger, Obama décide tout de même de ne prendre aucun risque et d'envoyer un contingent anti-nucléaire dans la région. Après plusieurs jours de tensions, la menace est dissipée. Le Pakistan passe en revue son arsenal nucléaire et remarque que rien ne manque.

Virus informatique Stuxnet

Cette révélation n’est pas la première de Confront and Conceal. Il y affirme qu'Obama et Israel sont derrière la cyber-attaque menée contre l’Iran.

Comme le relate le Time, le virus Stuxnet aurait été co-développé par les Etats-Unis. Celui-ci avait été déployé contre les installations nucléaire iraniennes en 2010 et avait provoqué l’autodestruction d’un cinquième des centrifugeuses iraniennes destinées à enrichir l’uranium.

Sanger raconte que l’opération avait été initiée par George W. Bush en 2006. Celle-ci avait mal tournée en 2010, quand le virus s’était répandu sur Internet.

Le programme de cyber-attaques inquiète d’ailleurs Barack Obama. Le président américain craint que des hackers tirent parti de son existence pour justifier des actions semblables menées contre les systèmes informatiques des Etats-Unis.

Newsletters

Ceux que l'Amérique abandonne en Afghanistan

Ceux que l'Amérique abandonne en Afghanistan

Joe Biden a annoncé le retrait des troupes après vingt ans d'une guerre qui n'a mené à rien. Une partie de la population afghane paiera de sa vie et de sa liberté ce retrait des troupes, aussi justifié qu'il puisse paraître.

L'Europe a raté le train de la reprise, mais ce n'est pas le plus grave

L'Europe a raté le train de la reprise, mais ce n'est pas le plus grave

La croissance européenne sera cette année sensiblement inférieure à celle des autres grandes puissances économiques. Mais ce retard peut ne pas être problématique si l'Europe arrive à résoudre ses problèmes structurels.

Brian Robson, l'homme qui a tenté de s'envoyer par courrier de l'Australie au Pays de Galles

Brian Robson, l'homme qui a tenté de s'envoyer par courrier de l'Australie au Pays de Galles

Aujourd'hui âgé de 75 ans, il recherche les deux Irlandais qui l'ont aidé pour ce périple.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters