Monde

Les Etats-Unis ont cru que les Talibans possédaient l'arme nucléaire

Slate.fr, mis à jour le 06.06.2012 à 14 h 19

US Air missile Peacekkeper BlattantWorld via Flickr CC License by

US Air missile Peacekkeper BlattantWorld via Flickr CC License by

A peine arrivé à la Maison Blanche en 2009, Barack Obama a été confronté à un problème de taille: les services secrets américains pensaient alors que les Talibans disposaient de l’arme nucléaire, rapporte l’AFP via New York Daily News.

C’est un livre intitulé Confront and Conceal (Confronter et dissimuler) qui nous l'apprend. Ecrit par le correspondant à Washington du New York Times, David Sanger, celui-ci révèle des informations inédites sur la guerre menée par les Etats-Unis contre les Talibans.

Le journaliste raconte que lors d’une réunion à la Maison Blanche au début de l’été 2009, Barack Obama est informé de preuves «ambiguës» selon lesquelles les Talibans auraient récuperé des armes nucléaires.

Une menace nucléaire non avérée

La CIA a ainsi intercepté des conversations entre des Talibans pakistanais qui lui auraient fait croire que l’organisation terroriste possédait non seulement une bombe, mais comptait également attaquer des villes américaines. D’après Sanger, aucun membre des services secrets n’était alors certain de la fiabilité de ces informations.

Certains doutaient même de la menace. Des analystes pensaient à l’époque que le risque le plus probable viendrait plutôt de matériel nucléaire combiné avec une bombe.

D’après le livre de Sanger, Obama décide tout de même de ne prendre aucun risque et d'envoyer un contingent anti-nucléaire dans la région. Après plusieurs jours de tensions, la menace est dissipée. Le Pakistan passe en revue son arsenal nucléaire et remarque que rien ne manque.

Virus informatique Stuxnet

Cette révélation n’est pas la première de Confront and Conceal. Il y affirme qu'Obama et Israel sont derrière la cyber-attaque menée contre l’Iran.

Comme le relate le Time, le virus Stuxnet aurait été co-développé par les Etats-Unis. Celui-ci avait été déployé contre les installations nucléaire iraniennes en 2010 et avait provoqué l’autodestruction d’un cinquième des centrifugeuses iraniennes destinées à enrichir l’uranium.

Sanger raconte que l’opération avait été initiée par George W. Bush en 2006. Celle-ci avait mal tournée en 2010, quand le virus s’était répandu sur Internet.

Le programme de cyber-attaques inquiète d’ailleurs Barack Obama. Le président américain craint que des hackers tirent parti de son existence pour justifier des actions semblables menées contre les systèmes informatiques des Etats-Unis.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte