Culture

Un adulte moyen lit 300 mots par minute

Slate.fr, mis à jour le 05.06.2012 à 16 h 38

reading aloud  / anna_t via FlickrCC Licence by

reading aloud / anna_t via FlickrCC Licence by

Les personnes qui ont le plus de succès sont celles qui lisent le plus vite. Telle est l’analyse d’un journaliste de Forbes. Une conclusion peut-être un peu rapide, si l'on se réfère au test sur la rapidité de lecture de la société Staples.

En effet, si un cadre moyen lit plus vite qu’un étudiant à l’université, il reste plus lent qu’un professeur d’université. Tout dépend donc de ce que l’on entend par «réussir».

Élèves de CE2: 150 mots par minute 

Élèves de quatrième: 250 mots par minute

Un étudiant à l’université moyen: 450 mots par minute

Un cadre moyen: 575 mots par minute

Un professeur d’université moyen: 675 mots par minute

Les lecteurs rapides: 1.500 mots par minute

Le champion du monde de lecture: 4.700 mots par minute

L’adulte moyen: 300 mots par minute

Pour que ces taux soient parlant, il faut considérer que c’est la vitesse à laquelle chacun lit quelque chose de sérieux, qui demande une certaine concentration, comme ce qu’ont l’habitude de lire les «grands» de ce monde, toujours selon le journaliste de Forbes.

En ce qui concerne les journaux et les blogs, il considère que nous lisons une vingtaine d’articles par jour, c’est-à-dire que nous y passons 33 minutes par jour (y compris le week-end). Si, comme les hommes d’affaires nous lisons plusieurs magazines par semaine, cela nous prend 50 minutes par jour. Il faut ajouter quinze minutes supplémentaires pour les livres (si on considère qu’on en lit un par mois).

En comptant en plus les mails, les textos, les chats etc., il faudrait au lecteur moyen au moins deux heures par jour de lecture afin d’être au même niveau que ceux que le journaliste considère comme réussissant le mieux. 

Des espaces plus grands pour lire plus vite

La vitesse de lecture est souvent un handicap pour les personnes dyslexiques, comme le rappelle le Daily Telegraph. C'est pourquoi des chercheurs européens se sont penchés sur le problème. Selon une étude parue dans Proceedings of the National Academy of Sciences, des espaces plus larges entre les mots amélioreraient la vitesse de lecture des dyslexiques de 20% et doubleraient la précision de la lecture. Cette découverte pourrait améliorer le quotidien de tous les dyslexiques, car comme l'explique l'étude:

«Les médecins savent trop bien que faire lire davantage les enfants dyslexiques est l’un des éléments clés pour obtenir des progrès en lecture». 

Par contre, cela n’aurait aucune influence sur les personnes qui n’ont aucune difficulté à la lecture. 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte