Économie

En Grèce, HSBC teste des distributeurs de drachme

Temps de lecture : 2 min

HSBC - High Street Ell Brown via Flickr CC License by
HSBC - High Street Ell Brown via Flickr CC License by

Pour certains, l'éventualité d'une sortie de la Grèce de l'euro se fait de plus en plus crédible. La banque HSBC teste des distributeurs de drachme dans le pays, rapporte le site This is Money.

HSBC cherche à savoir s'ils fonctionneraient toujours avec une réintroduction de la drachme dans le cas d’un retrait du pays de la zone euro.

Le site économique analyse la décision de la banque britannique:

«C’est jusqu’à présent le signe le plus clair que le secteur financier international pense que la Grèce est sur le point de quitter la monnaie unique et de retourner à son ancienne monnaie.»

En réponse, HSBC s’est justifié de cette action par le biais d’un porte-parole:

«Comme toutes les banques, nous avons travaillé avec les régulateurs pour entreprendre un travail préparatoire à des niveaux multiples dans l’éventualité d’un défaut souverain, d’une sortie de l’euro ou d'une autre possibilité.»

La Grèce votera le 17 juin pour des élections législatives. Un scrutin jugé comme déterminant pour l'avenir du pays, et de son futur, ou non, dans la zone euro.

Newsletters

Flâner sur internet au bureau peut améliorer votre productivité

Flâner sur internet au bureau peut améliorer votre productivité

Il faut parfois une mini-pause au cours de sa journée de travail pour se remettre de moments stressants.

Au Royaume-Uni, l'éolien a détrôné le charbon roi

Au Royaume-Uni, l'éolien a détrôné le charbon roi

L'urgence environnementale et l'urgence industrielle expliquent le succès de l'éolien offshore, présenté comme une opportunité de croissance économique dans une période politiquement délicate.

 Avons-nous peur de la retraite par capitalisation à cause de notre faible niveau en économie?

Avons-nous peur de la retraite par capitalisation à cause de notre faible niveau en économie?

À en croire certains spécialistes, les Français·es ne connaîtraient pas grand-chose à la finance, ce qui nous pousserait à prendre des décisions irrationnelles. Ce n'est pourtant pas aussi simple.

Newsletters