Monde

Bielefeld, la ville allemande qui n'existe pas

Temps de lecture : 2 min

vue de la ville de Bielefeld. Beige Alert via Flickr CC License by.
vue de la ville de Bielefeld. Beige Alert via Flickr CC License by.

Et si la ville de Bielefeld n'existait pas? C'est ce que pourraient presque laisser croire les livres de géographie utilisés dans les écoles du Land de Rhénanie du nord-Westphalie, dans l'Ouest de l'Allemagne, dans lequel se trouve Bielefeld, rapporte Die Welt. Bielefeld, ses quelque 330.000 habitants, son université d'envergure internationale et son équipe de foot sont à peine mentionnés dans les manuels scolaires, et quand c'est le cas, c'est dans des rubriques du genre «La vie dans les villages et les petites villes».

«C'est encore pire que ce que l'on craignait. L'idée que la Rhénanie est moderne et urbaine, tandis que la Westphalie ne serait rien de plus qu'une terre agricole pré-industrielle, est clairement véhiculée», déplore Wolfgang Kirsch, directeur de la fédération LWL, chargée de défendre les intérêts de la Westphalie au sein du Land et commanditaire d'une étude du contenu de 59 manuels scolaires.

Mais mieux vaut peut-être pour Bielefeld d'être taxée de trou perdu que de supercherie. Car cette ville est célèbre malgré elle en Allemagne en raison de sa supposée non-existence... Le «complot de Bielefeld», comme on l'appelle, consiste à faire croire que cette ville existe en multipliant de fausses preuves en ce sens. Les auteurs de ce complot ne sont pas clairement identifiés, et par conséquent désignés par «ILS», même si certains y voient l'oeuvre d'extraterrestres, ou plus prosaïquement de la CIA voire du Mossad. Sic.

Cette légende urbaine est devenue culte, en particulier sur le net, depuis qu'elle a été postée en 1994 sur Usenet par Achim Held, un étudiant en informatique de Kiel. «À l'origine, c'était une blague interne dans le milieu étudiant de Kiel. […] La blague n'aurait pas fonctionné avec n'importe quelle ville, ça n'aurait pas marché avec Hambourg par exemple. Il fallait que ce soit déjà une ville insignifiante, sur laquelle personne ne sait rien –comme c'est le cas de Bielefeld», expliquait Achim Held au Spiegel en 2010.

Non content de sa blague, il a depuis ouvert une page web dédiée au complot de Bielefeld, sur laquelle il met en garde ses lecteurs:

«Attention! Cette page contient des informations qu'ILS ne veulent pas voir diffusées. Ne sauvegardez donc pas cette page sur votre disque dur, parce que sinon vous êtes cuits, s'ILS sont soudainement devant votre porte; et ça va plus vite qu'on ne le pense.»

Cette rumeur potache a depuis tellement enflé qu'un documentaire a été consacré à cette énigme, À la recherche de Bielefeld, et que les étudiants de Bielefeld eux-mêmes ont tourné une fiction policière, sortie au cinéma en 2010. Un soap-opera existe également depuis peu.

À Bielefeld, la blague fait rire autant qu'elle agace, car elle ne sert pas vraiment à améliorer l'image peu attractive de la ville. «Dois-je être honnête? Je la hais comme la peste! », a déclaré Gisela Bockermann, chef du service de presse de la mairie de Bielefeld, à la chaîne de télé ZDF, se plaignant notamment des mails quotidiens dans lesquels il est écrit: «Vous n'existez pas».

Et si c'était vrai, après tout? Le jour où nous écrivions cet article, en tout cas, le site www.bielefeld.de ne répondait pas. Mystère.

Newsletters

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Un homme invente une frontière et fait payer des migrants pour la franchir

Il avait érigé un faux poste-frontière, en Russie, et faisait croire que la Finlande se trouvait de l'autre côté.

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Renvoyer les demandeurs d'asile chez eux est une erreur

Rapatrier les réfugiés dans des pays dangereux contrevient au droit international et alimente les conflits, l'instabilité et les crises. Il existe de meilleures alternatives.

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

En Iran, les balles qui tuent les protestataires sont facturées à leurs proches

Selon des témoignages recueillis par Amnesty International, des officiels ont demandé à certaines familles de donner de l'argent pour obtenir la dépouille des personnes tuées.

Newsletters