Économie

Les Irlandais votent oui au référendum sur le pacte budgétaire européen

Temps de lecture : 2 min

Le suspense est terminé. Les Irlandais ont voté majoritairement pour le pacte budgétaire européen, rapporte The Irish Times.

Selon les résultats officiels annoncés ce 1er juin, le oui récolte 60,29% des suffrages. Seuls 50,2% des électeurs se sont rendus aux urnes, jeudi 31 mai. L'Irlande était le seul pays (par obligation constitutionnelle) à faire voter le pacte budgétaire par référundum.

Le oui est une bonne nouvelle pour le gouvernement irlandais qui défendait le traité. «C'est un soulagement pour le gouvernement plutôt qu'une célébration», a indiqué le ministre des Transports Leo Varadkar.

Même si le camp du non l'avait l'emporté, le traité n'aurait pas été remis en cause, puisqu'il suffit que douze des dix-sept Etats de la zone euro le ratifient pour qu'il entre en vigueur. Pour l'heure, six l'ont déjà accepté.

Le pacte budgétaire est un mécanisme mettant en place la convergence fiscale et économique de la zone euro. Dublin s'est aligné sur les positions de François Hollande, en indiquant son intention de négocier un «volet croissance». Pour Le Monde, les Irlandais ont voté, non pas par adhésion, mais «par peur du vide, craignant de perdre le filet de sécurité européen».

Newsletters

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Les mesures annoncées le 3 septembre sont plus inspirées par des considérations politiques que par une logique économique rigoureuse.

Newsletters