Monde

Les orages pourraient contribuer au réchauffement climatique

Slate.fr, mis à jour le 31.05.2012 à 11 h 32

Thunderstorm rolls through Not a Duck via Flickr CC License by

Thunderstorm rolls through Not a Duck via Flickr CC License by

Après l'activité humaine et la fonte des glaces, il se pourrait bien qu’un autre phénomène soit (en partie) responsable du réchauffement climatique. Des scientifiques américains sont en train de chercher à savoir si les orages joueraient eux aussi un rôle dans le processus de réchauffement de l'atmosphère, rapporte USA Today.

Depuis le 15 mai, ce sont plus de 100 scientifiques qui travaillent sur le sujet dans trois Etats américains: l’Oklahoma, le Colorado et l’Alabama. Chiffré à 10 millions de dollars (8 millions d’euros), le projet devrait se poursuivre pendant l’été et permettre de comprendre le lien entre orages et pollution.

D’après l'Administration nationale océanique et atmosphérique américaine (NOAA), les orages agissent comme des ascenseurs avec la pollution. Dans un mouvement d’air ascendant, la tempête aspire de l’air et de la pollution (à la fois humaine et naturelle) provenant de la surface de la Terre et les transportent très haut dans l’atmosphère.

Les scientifiques vont ainsi étudier les changements dans la composition chimique de l’air qui entre et sort des orages, utilisant à la fois des avions et de l’équipement au sol.

Modèles de réchauffement climatique

Si l'influence de ce phénomène sur l'augmentation de la température terrestre ne fait plus de doutes, reste à savoir pour combien contribuent les orages au réchauffement climatique. C’est ce que l’étude va tenter de déterminer. A terme, les données récoltées seront incorporées aux modèles scientifiques sur le réchauffement climatique.

Le chercheur Jiwen Fan, membre du Département de l’énergie du Laboratoire national du nord-ouest pacifique, explique la démarche au Times of India:

«Les modèles climatiques ne montrent pas comment les orages affectent le réchauffement climatique, parce que nous n’avons pas assez de détails dessus. Une grande partie de la chaleur bloquée par les nuages pollués pourraient potentiellement impacter la circulation de l’air et les systèmes météorologiques.»

D’après Mary Barthn, chercheuse pour le Centre national de recherche atmosphérique (NCAR), à chaque seconde ce sont des dizaines, voire des centaines, d’orages qui explosent quelque part sur la planète. Si vous étiez déjà effrayé par les orages, voilà de quoi les craindre encore un peu plus.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte