Près de la moitié des vétérans américains demandent des indemnisations

Un vétéran américain à Annapolis, aux Etats-Unis, le 26 octobre 2010, REUTERS/Larry Downing

Le lundi 28 mai était aussi un jour férié de l’autre côté de l’Atlantique, où les Américains rendaient hommage aux femmes et aux hommes tombés pour leur pays. Dans un de ses deux discours du jour, le président Barack Obama a particulièrement salué les vétérans de la guerre du Vietnam, dont certains ont été «dénigrés» à leur retour au pays.

C’est aussi le jour qu’a choisi Associated Press (AP) pour publier une enquête fouillée sur les demandes d’indemnisation des vétérans américains. L’agence de presse rapporte ainsi que 45% des  1,6 million de vétérans des guerres d’Irak et d’Afghanistan ont demandé des indemnisations pour des blessures et autres maladies liées à leur mission dans ces pays. C’est plus de deux fois le ratio des vétérans de la guerre du Golfe (21%), malgré toute la publicité qui a été faite au «syndrome de la guerre du Golfe».

Les demandes d’indemnisation d’aujourd’hui comportent en outre un nombre plus important d’affections que celles des vétérans des guerres précédentes, pour atteindre une moyenne comprise entre 11 et 14 par personne, contre moins de quatre pour les vétérans de la guerre du Vietnam qui continuent à recevoir des compensations aujourd’hui, et seulement deux pour les vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée.

Quelle interprétation faire de ces augmentations? Ne sont-elles pas simplement le reflet de la mauvaise situation économique du pays? AP écrit:

«Des responsables gouvernementaux et certains défenseurs des droits des vétérans estiment que certains vétérans qui auraient pu travailler avec certains handicaps ont plus de chance de demander des compensations parce qu’ils ont perdu leur travail ou n’arrivent pas à en trouver.»

Mais après plus de trois mois à éplucher les dossiers et à interviewer des docteurs, des responsables du gouvernement et des vétérans, AP arrive à dresser une vue d'ensemble de ces soldats qui demandent des indemnisations. Sur le type de blessures, AP écrit:

«Les nouveaux vétérans ont des blessures différentes de celles des vétérans des guerres précédentes, notamment parce que les bombes improvisées sont l’arme principale et que les protections des soldats et les soins sur le terrain ont permis à beaucoup d’entre eux de survivre à des blessures qui auraient été fatales dans des guerres précédentes.»

A LIRE AUSSI