France

Les Grecs furieux contre Lagarde pour ses déclarations sur leurs impôts

Slate.fr, mis à jour le 27.05.2012 à 11 h 52

Photo: Réunion du FMI, des ministres des Finances du G20, à Paris. REUTERS/Benoit Tessier

Photo: Réunion du FMI, des ministres des Finances du G20, à Paris. REUTERS/Benoit Tessier

Christine Lagarde a donné une longue interview au journal britannique The Guardian, où elle aborde la situation actuelle en Grèce sans mâcher ses mots.

Quand la journaliste demande à la directrice du FMI si, lorsqu'elle demande à la Grèce de prendre des mesures économiques qui voudront nécessairement dire que des femmes n'auront pas accès à une sage-femme pour leur accouchement ou que des patients ne pourront obtenir des médicaments qui auraient pu leur sauver la vie, elle répond:

«Non, je pense plus aux petits enfants d'une école dans un petit village du Niger, qui ont cours deux heures par jour, qui partagent une chaise à trois, et qui veulent vraiment avoir une éducation. Je pense à eux tout le temps. Parce que je pense qu'ils ont encore plus besoin d'aide que les gens à Athènes.

Vous savez quoi? Quand je pense à Athènes, je pense aussi à tous ces gens qui essayent d'échapper aux impôts en permanence. Tous ces gens en Grèce qui cherchent à échapper aux impôts.»

Mais pense-t-elle à ceux qui luttent pour survivre sans emploi ou sans services publics?

«Je pense à eux également. Et je pense qu'ils devraient aussi tous s'aider eux-même collectivement [...] en payant tous leurs impôts. Oui.»

Quand la journaliste note que leurs enfants ne peuvent pas être tenus responsables pour les fautes de leurs parents, Christine Lagarde répond:

«Et bien, les parents sont responsables, n'est-ce pas? Donc les parents doivent payer leurs impôts.»

Sur la page Facebook de la directrice du FMI, de nombreux internautes laissent des commentaires exaspérés par ces propos, en grec ou en anglais, l'enjoignant notamment à reverser son salaire aux enfants nigériens si elle se préoccupe tellement d'eux...

Christine Lagarde a du coup publié un nouveau statut sur Facebook, affirmant qu'elle était «très compatissante avec le peuple grec et les défis auxquels il doit faire face»:

«C'est pour ça que le FMI soutient la Grèce dans sa démarche pour dépasser la crise actuelle et retrouver le chemin de la croissance économique, des emplois et de la stabilité. Une part importante de cet effort, c'est que tout le monde devrait faire ce qu'il peut, plus particulièrement ceux qui sont le plus privilégiés et spécialement en termes de payer l'impôt.»

Mais ça n'a pas suffit à convaincre les Grecs qui écrivent toujours des milliers de commentaires sur sa page Facebook. Hors Internet et à quelques semaines des législatives, le socialiste Evangelos Venizelos, l'a accusée d'avoir «humilié» les Grecs et l'a appelé à «reconsidérer ses déclarations», rapportent Les Echos:

«Personne ne peut humilier le peuple grec en cette période de crise et je dis ça tout particulièrement à l'adresse de Mme Lagarde.»

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte