Monde

Italie: Beppe Grillo, le trublion des législatives de 2013?

Temps de lecture : 2 min

un drapeau italien. bruce_mcadam via Flickr CC License by.
un drapeau italien. bruce_mcadam via Flickr CC License by.

Après la performance du parti pirate en Allemagne, c’est le parti anticonformiste italien «Movimento 5 stelle» (mouvement cinq étoile) de Beppe Grillo qui se fait une place dans le monde politique italien. Pour combien de temps? Selon un sondage réalisé lundi 21 mai pour la chaîne de télévision La 7, 12% de la population italienne voterait aujourd’hui pour le «Mouvement 5 étoiles».

Et celui-ci vient de remporter quatre communes dont Parme lors des élections municipales des 20 et 21 mai. Avant les élections, Beppe Grillo avait nommé la ville de Parme «notre Stalingrad», une référence à la bataille décisive de la Seconde Guerre mondiale entre les forces soviétiques et allemandes. Lors de la victoire à Parme, il a twitté qu'il allait désormais «prendre Berlin», peut être une référence aux prochaines élections nationales qui auront lieu l'année prochaine, en mai 2013.

Selon l’agence de presse TM News, la victoire du parti des 5 étoiles a sonné comme un gros «boum» dans la vie politique italienne. Federico Pizzarotti, le poulain de Beppe Grillo, a ainsi atteint 60,22% des voix à Parme, une ville d’environ 200.000 habitants et ex-forteresse de la droite. «Nous avons montré que nous pouvons faire de la politique sans argent. A Parme, on a dépensé 6.400 euros et on a gagné! On a même remporté Mira et Comacchio avec quelques centaines d’euros. […] C’est une victoire de la démocratie sur le capitalisme!», s’est enflammé Beppe Grillo, dans le journal La Voce. L'âge moyen des quatre maires élus est de 31 ans, environ la moitié de la moyenne d'âge des membres du Parlement.

Le comique qui ne fait plus rire

Ce trublion génois de 63 ans, célèbre comique italien et l’un des plus virulents détracteurs de Silvio Berlusconi, a créé le Mouvement 5 étoiles (celles-ci sont le développement, les transports publics, l'Internet pour tous, la privatisation de la distribution de l’eau et l'environnement) en 2009. Il a également fait d'Internet sa force de frappe, notamment avec son blog. Selon le New York Times, il a plus de 550.000 followers sur Twitter et près de 850.000 sur Facebook.

Rejetant les partis traditionnels, son parti contestataire, à la limite du populisme, mise sur le discrédit des partis traditionnels liés à la politique d’austérité. Il propose donc pêle-mêle la lutte contre les délocalisations, l’obligation de taxer les banques ou encore la sortie de la zone euro.

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters