Monde

L'histoire du garçon qui avait touché la tête d'Obama

Temps de lecture : 2 min

Pete Souza/The White House
Pete Souza/The White House

C’est l’une des photos les plus célèbres de Barack Obama: le président semble se prosterner devant un petit garçon et celui-ci lui touche la tête. Trois ans plus tard, le New York Times raconte l’histoire derrière la photographie.

Le New York Times rapporte l’échange amusant entre Barack Obama et Jacob, 5 ans à l'époque:

«Je veux savoir si mes cheveux sont comme les vôtres.»

Le président lui demande de répéter. Jacob s'éxécute et Obama répond:

«Pourquoi tu ne les touche pas pour voir par toi-même?»

Il baisse sa tête au niveau de Jacob, qui hésite. Obama insiste:

«Touche-les, mec!»

Alors que Jacob met la main sur le crâne présidentiel, le photographe déclenche son appareil.

«Alors, tu en penses quoi?»

«Oui, c’est pareil.»

Jacob Philadelphia, le petit garçon de la photo, est le fils d’un ancien employé de la Maison Blanche. Comme le font souvent ceux qui partent, Carlton, le père de l’enfant, avait demandé à prendre une photo avec Barack Obama. Et la question du petit garçon a surpris tout le monde, y compris le photographe Pete Souza, comme en atteste la composition étrange de la photo.

Pete Souza se souvient du moment:

«En tant que photographe, vous savez quand vous êtes face à un moment unique. Mais je ne me suis pas rendu compte à quel point celui-là aurait fait sa propre vie. Les gens ont été surpris de voir que le président des Etats-Unis était d’accord pour se baisser et laisser un petit garçon toucher sa tête.»

Au-delà de l’anecdote, le New York Times note que, alors que Barack Obama évite en général de parler de la couleur de sa peau, la photo est un exemple tangible que le président est un symbole important pour les noirs américains. Comme le note le père de Jacob:

«C’est important pour les enfants de voir un président noir en fonction.»

Fabien Jannic-Cherbonnel

Newsletters

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Trump dit avoir un «instinct naturel pour la science»

Et son instinct lui dit que la menace du réchauffement climatique est exagérée.

Les populistes ont rendu les États européens ingouvernables

Les populistes ont rendu les États européens ingouvernables

Avec la montée des partis populistes, il est désormais particulièrement compliqué de constituer un gouvernement stable dans nombre de pays d'Europe. La Suède n'est que le dernier exemple en date.

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

À New York, les accouchements prématurés ont augmenté depuis l'élection de Trump

En particulier chez les femmes immigrées.

Newsletters