Que pensent les Américains des Français?

François Hollande et Barack Obama à Camp David. REUTERS/Larry Downing

Le couple franco-américain se porte-t-il mieux qu'avant? Dans une tribune parue dans The Guardian, Rosecrans Baldwin, un Américain francophile qui vit à Paris, explique comment il tente de répondre à cette question. Il a entrepris un voyage de deux semaines à travers les Etats-Unis en passant par 25 villes qui portent le nom de «Paris» pour connaître l'avis du citoyen lambda. 

L’auteur, qui est aussi le co-fondateur du site d’information «The Morning news» est donc allé dans 11 Etats différents dont le Maine, le Texas, ou bien l'Idaho. 

De son enquête, il en ressort que les relations entre la France et les Etats-Unis se sont largement améliorées depuis quelques années, et que les Français ne sont plus perçus par les Américains comme des «singes capitulards mangeurs de fromage», la fameuse citation de Willie, le concierge de l'école élementaire de Springfield, dans un épisode de 1995 des Simpson. 

Dans les 25 villes qu'il a pu visiter, il n’y a eu qu’une seule personne qui lui a parlé de fromage ou de primates. «Un gars avec un fusil sur sa hanche» rencontré dans un bar de cowboy dans la vallée de l’Idaho, lui a même expliqué que cette expression émanait des médias et non du peuple américain.

«J'ai rencontré un mécanicien automobile du Kentucky qui a offert une analyse perspicace de la politique intérieure française. Un chroniqueur de droite dans le Maine, qui aurait voulu être Français. Dans une vieille station essence au Texas, j'ai trouvé dans un restaurant un menu typiquement français: truites poêlés avec sauce à la crème de homard, et du “café de cow-boy crème brûlée” [...] Ce n’est pas pour rien que le film de Woody Allen Minuit à Paris a si bien marché!», explique-t-il dans un extrait de son ouvrage que l'on peut consulter sur le site Morning News.

Un sondage réalisé par Gallup en février 2012 avait même révélé que 75% des Américains avaient une opinion favorable de la France, indique l'auteur. 

Toutefois, lorsque Rosecrans Baldwin demande de citer un artiste français connu et encore vivant, 78% des personnes interrogées ne savent pas répondre. Si la France a amélioré ses relations avec les Etats-Unis, elle a perdu la suprématie culturelle qu'elle détenait autrefois, indique l'auteur.