Monde

Critiques littéraires: les lecteurs aussi fiables que les experts

Temps de lecture : 2 min

The Books Room / Photos8.com via Flickr CC License By
The Books Room / Photos8.com via Flickr CC License By

Qui est le plus susceptible de donner un avis objectif sur un livre: un critique littéraire ou un internaute d’Amazon? C’est ce à quoi tente de répondre la nouvelle étude de la Harvard Business School, intitulée «Qu’est-ce qui motive une critique? Les auteurs connectés et les critères qui déterminent les critiques de livres» reprise par The Guardian.

Le professeur Michael Luca et ses co-auteurs Loretti Dobrescu et Alberto Motta ont analysé une centaine de critiques de livres provenant de 40 journaux et magazines différents (New York Times, Washington Post, Entertainment Weekly, The Onion etc.). Ils les ont comparées avec les commentaires des internautes sur Amazon.com, pour savoir s’il y avait une différence évidente entre les deux, en termes d’objectivité et de partialité.

Selon cette étude, les journalistes critiques littéraires et les internautes d’Amazon ont tendance à avoir des opinions similaires sur la qualité d’un livre. Mais les journaux et les magazines sont plus favorables aux auteurs qui ont déjà retenu l’attention des médias ou bien qui ont remporté des prix littéraires. Alors que les critiques des lecteurs sont beaucoup plus favorables aux auteurs débutants, car ils sont plus rapides pour identifier des nouveaux livres ou des auteurs inconnus.

Toutefois, l’étude précise aussi qu’il n’y aucune assurance de qualité avec les critiques des internautes. Elles peuvent être écrites aussi bien par les éditeurs qui veulent vanter leurs ouvrages, que par les concurrents qui soumettent alors de fausses critiques.

Les chercheurs montrent également que les journaux ont une préférence pour les livres écrits par leurs propres journalistes. Mais cela ne serait pas une volonté explicite de favoriser leurs journalistes, mais plutôt à la fois parce qu'il est plus facile pour eux d'obtenir des infos sur ces ouvrages et parce que les magazines ont tendance à traiter les sujets qui plaisent à leur lectorat, relève The Verge.

Slate.fr

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters