Monde

Un architecte français impliqué dans le scandale politique chinois Bo Xilai

Temps de lecture : 2 min

Bo Xilai et son épouse Gu Kailai, en janvier 2007. REUTERS
Bo Xilai et son épouse Gu Kailai, en janvier 2007. REUTERS

Selon Reuters, un architecte français, Patrick Henri Devillers, 52 ans, a peut-être joué un rôle clé dans le scandale politique chinois Bo Xilai et la mort de l’homme d’affaires Neil Heywood. Des témoins suggèrent qu’il aurait été l’amant de l'épouse de Bo Xilai, Gu Kailai. Un nouveau rebondissement dans cette affaire qui secoue la Chine, et dont Sébastien Le Belzic, nous parlait déjà sur Slate.fr en avril.

Les «Kennedy chinois»

A 62 ans, Bo Xilai était préssenti pour accéder au comité permanent du bureau politique du Pari communiste, le coeur du pouvoir chinois. Mais, le 15 mars, le gouvernement chinois l'évince de ses fonctions, car il aurait tenté de faire obstacle à une enquête criminelle sur sa famille. Son ancien bras droit, et chef de la police de Chongqing, Wang Lijun, détenait des informations sur la femme de Bo, Gu Kailai. Wang Lijun aurait découvert que Neil Heywood, un proche de la famille Bo, décédé en novembre 2011 à Chongqing d'une crise cardiaque, aurait été empoisonné car il menaçait de révéler que Gu Kailai s'apprêtait à transférer une grosse somme d'argent à l'étranger. Plus étonnant encore, on apprend que Gu Kailai et le Britannique auraient été amants, et que Neil Heywood avait des liens avec les services secrets britanniques, le MI6.

Nouveau rebondissement: l'implication d'un architecte français

Jusqu’à présent, seul Neil Heywood avait été accusé d’avoir eu une relation intime avec Gu Kailai. Mais selon un témoin anonyme, qui a connu Neil Heydwood et Patrick Henri Devillers au cours d'une transaction avec la famille Bo, l'architecte français aurait montré beaucoup plus d'affection envers Gu Kailai que Neil Heywood.

Giles Hall, un homme d’affaires britannique, a aussi indiqué que lors d'un dîner «Devillers carressait le dos de Gu Kailai et mettait son bras autour d'elle. Je me suis dit que c'était un couple».

Pour lui, Devillers est l'homme d'affaire qui représente les intérêts de Gu Kalai en Europe, et il pourrait être plus qu’une figure périphérique dans le scandale de Bo Xilai.

Durant la période d'ascension de Bo Xilai, le couple avait noué des liens d'amitié avec Neil Heywood et Patrick Henri Devillers. C'est avec eux, ou par leur intermédiaire, que Gu Kailai allait conclure des transactions commerciales en Europe. Toujours selon Reuters, en 2000, l'architecte français et Gu Kailai avaient habité à la même adresse dans la cité balnéaire de Bournemouth au Royaume-Uni. A cette époque, Devillers co-administrait l'entreprise Adad Ltd3 qui appartenait à Gu Kailai. Mais elle a été dissoute en 2003, car son objet social n’était pas clair.

Quelques années plus tard, en 2006, Devillers avait créé une entreprise d’investissement immobilier nommée D2 properties sarl, au Luxembourg. Pour l'enregistrement de la société, il avait utilisé l'adresse d'un cabinet juridique, Ang loi Dao, situé à Pékin, également affilié à celui de Gu Kalai.

Slate.fr

Newsletters

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Au Brésil, les cathos de gauche perdent la main face aux évangéliques pro-Bolsonaro

Le célèbre frère dominicain Frei Betto, qui a contribué à la création du Parti des travailleurs de Lula, regarde, sidéré, le Brésil «basculer dans la dictature».

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

Le cannabis est légal au Canada, et ça ne fait même pas peur aux dealers

L'un des buts avoués de la légalisation est de couper l'herbe sous le pied du marché noir. Mais la tâche s'annonce plus compliquée qu'on pourrait le croire.

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

L’organisation État islamique a perdu son territoire, mais prépare déjà son retour en force

Malgré ses revers militaires, l'EI est parvenu à trouver de nouvelles sources de revenus, et l'Occident refuse de voir la réalité en face.

Newsletters